Les médecins du secteur public veulent poursuivre le ministère de la Santé

Les médecins du secteur public veulent poursuivre le ministère de la Santé

Les médecins grévistes du secteur public comptent porter plainte contre leur département de tutelle, suite à des retenues sur leurs salaires avoisinant les 50%.

Par

Image d'illustration Crédit: Reda Anouar

Les médecins du secteur public sont en colère. Selon El Mountadar Alaoui, secrétaire général du syndicat indépendant des médecins du secteur public, les médecins affiliés à sa centrale ont décidé d’entamer une procédure judiciaire à l’encontre du ministère de la Santé. Le motif? Des retenues sur salaire variant de 33% à 50% des émoluments mensuels des professionnels de la santé ayant observé une grève durant le mois de novembre.

Si le litige qui oppose les médecins du secteur public et le département de tutelle, essentiellement axé sur la rémunération des professionnels de la santé, dure depuis près de 18 mois, les retenues sur salaire n’ont toutefois jamais été aussi importantes, nous affirme le responsable syndical. Dans le cadre de l’action en justice voulue par les syndicats, chacun des médecins grévistes adressera une correspondance au département d’Anas Doukkali afin de demander des éclaircissements sur ces retenues.

Le syndicat indépendant des médecins du secteur public n’a pas hésité à dénoncer des mesures «illégales», car les médecins observaient une grève et n’étaient pas absents. Le ministère de la Santé dispose d’un délai de 60 jours pour expliquer ces ponctions, nous indique El Mountadar Alaoui.

Près de 9.000 médecins exerçant dans les établissements publics ont adhéré aux différents mouvements de grève ayant eu lieu durant les 18 derniers mois. Ils réclament notamment, l’amélioration de leurs conditions de travail, l’augmentation des postes de spécialité et de résidanats. «Des efforts sont faits, mais les résultats sont trop éloignés de nos attentes», déplore le responsable syndical qui omet toutefois de mentionner l’une des principales revendications des médecins.

En effet, depuis près de 18 mois, ils réclament une réévaluation de leurs salaires. Ces derniers souhaitent bénéficier de l’indice de salaire 509 au lieu de l’indice 336 qui est actuellement en vigueur. En vertu de ce barème, un médecin généraliste, tout en ayant un bac + 8, est rémunéré de la même manière qu’un détendeur de master (bac + 5). En cas d’attribution de l’indice 509, le salaire mensuel net d’un médecin généraliste passerait de 8.609 dirhams à 12.300 dirhams, soit plus de 3.600 dirhams nets de différence. Les prochaines grèves prévues par le syndicat auront lieu les 28 et 31 décembre prochains.

TelQuel a tenté de joindre à plusieurs reprises des responsables au sein du ministère de la Santé, sans succès.

à lire aussi

article suivant

Croissance, flexibilité du dirham, liste grise... La masterclass trimestrielle de Jouahri

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.