Les enjeux de l’intégration de la Royal Air Maroc à l’alliance One World – Telquel.ma

Les enjeux de l’intégration de la Royal Air Maroc à l’alliance One World

La RAM a rejoint le 5 décembre One World, une alliance de 13 compagnies aériennes qui transportent ensemble 520 millions de passagers par an dans 164 pays. Seule compagnie africaine du réseau, la RAM espère capter une partie de ce trafic dans le cadre de son plan de développement qui traverse des turbulences.

Par

Le PDG de la Royal Air Maroc, Hamid Addou, entouré de Rob Gurney (à gauche), président de l'alliance One World et Alan Joyce (à droite), directeur général de l'alliance, le 5 décembre à New York. Crédit: Thomas Savage / TelQuel

Le geste est symbolique. Le 5 décembre, dans un hôtel de Park Avenue à New York, Alan Joyce, directeur général de OneWorld demande au président de la Royal Air Maroc (RAM) s’il souhaite intégrer son alliance aérienne devant un parterre de journalistes. Hamid Addou s’empresse d’accepter. En réalité, cela fait un an et demi que la compagnie détenue à 98 % par l’État marocain discute de ce deal avec l’alliance qui transporte 520 millions de passagers par an dans 164 pays.

Il faudra encore environ un an demi (mi-2020) avant que la RAM rejoigne l’alliance de manière opérationnelle. La RAM fera alors partie d’un réseau de 13 compagnies — dont les trois fondatrices American Airlines, British Airways et Cathay Pacific — avec 1035 destinations et quelque 650 salons VIP dans le monde.

Rob Gurney, président de l’alliance One World.

« Les discussions sérieuses ont commencé il y a 18 mois. Nous avons progressé assez rapidement. J’étais au Maroc en octobre 2017, nous avons eu une discussion très importante au cours de laquelle la RAM nous a expliqué dans le détail sa stratégie, son ambition. À partir de là, nous avons à notre tour discuté avec les autres compagnies de l’alliance pour leur faire comprendre l’histoire de la Royal Air Maroc et de ce qu’elle allait devenir, » nous explique Rob Gurney, président de l’Alliance.

« Il y avait eu des discussions avec d’autres alliances avant mon arrivée [à la tête de la RAM en février 2016, NDLR], mais j’ai repris le dossier de manière plus précise. Il a fallu expliquer qui était Royal Air Maroc, présenter le Maroc, car finalement on nous connait assez peu. Après plusieurs rounds de discussions, One World a compris ce qu’on pouvait apporter et l’intérêt pour eux d’être partenaire, » nous précise Hamid Addou, PDG de la RAM qui qualifie l’évènement d’« historique ». « L’objectif n’était pas d’intégrer une alliance à n’importe quel prix, il fallait avoir une vraie position, et aujourd’hui nous sommes membres à part entière. Nous siégeons au conseil d’administration, nous votons, comme les compagnies historiques, » poursuit-il.

Les ailes africaines de One World

Si la direction de la troisième alliance mondiale de compagnie aérienne après Star Alliance et Sky Team nous assure que la RAM remplit d’ores et déjà les standards de qualité pour intégrer le réseau, une mise à niveau de 18 mois se fera au niveau des systèmes d’information. Typiquement, faire partie d’une alliance permet aux passagers de cumuler des miles sur les différentes compagnies via un programme de fidélisation commun. « Cela permettra en même temps de se doter d’un meilleur parcours client grâce aux correspondances optimisées et aux opérations d’enregistrement de bout en bout, avec une assistance internationale Oneworld dans les aéroports du réseau de l’Alliance, » explique la compagnie marocaine.

En outre, si la RAM dessert déjà certaines destinations en codeshare avec Iberia et Qatar Airways — toutes deux déjà membres de One World — , l’entrée de la RAM lui facilitera la mise en place de codeshare avec d’autres compagnies de l’alliance.

Et vice-versa. Car la Royal Air Maroc devient la première compagnie africaine de OneWorld, et c’est ce qui fait tout son intérêt aux yeux de l’alliance. Pour Hamid Addou, il s’agira en effet d’« étendre les ailes de One World sur l’Afrique ». « Il y avait un trou dans notre réseau, et ce n’était plus tenable alors que l’Afrique est le continent où est attendue la plus forte croissance du trafic aérien, » explique Alan Joyce, directeur général de l’alliance. Avec ses 94 destinations actuelles dans 49 pays, la RAM apporte en effet 34 nouvelles destinations et 21 pays à la carte de One World.

Hamid Addou, PDG de la RAM, le 5 décembre à New York.Crédit: Thomas Savage / TelQuel

« One World, c’est 520 millions de passagers par an, dont 200 millions inscrits au programme de fidélité. C’est 200 millions de personnes qui vont entendre parler de la destination Maroc, qui vont recevoir des offres. Pour un ancien directeur de l’ONMT, ça a du sens, car si nous ne prenons que 1 % de ces 200 millions, c’est 2 millions de touristes, » explique Hamid Addou, se disant néanmoins incapable de chiffrer l’impact de l’intégration de l’alliance pour la compagnie marocaine qui a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard de dollars en 2017. Actuellement, seules trois compagnies de l’alliance — British Airways, Iberia et Qatar Airways — desservent le Maroc.

Pour le top management de l’alliance, la « Royal Air Maroc est de loin la meilleure compagnie africaine ». Ou tout du moins en devenir. Car One World compte aussi sur « l’ambitieux plan quinquennal » de la RAM qui prévoit de doubler sa flotte, de devenir le premier transporteur africain, de passer de 7,3 à 13 millions de passagers par an, de faire de Casablanca un hub mondial et de desservir 121 destinations dans 68 pays, pour donner du sens au partenariat.

à lire aussi

Plein gaz et turbulences

Malgré les turbulences, la RAM s’efforce de dérouler ce plan, en se targuant d’un taux de satisfaction client de 80% et de ponctualité de 85%, « dans les standards mondiaux ».  « Mi-décembre, la compagnie recevra un nouveau un Boeing 787-900 à Seattle, mais c’est tous les mois jusqu’à juin que la RAM prévoit de nouvelles annonces, » prévient Hamid Addou. « Dans les prochaines semaines, » la compagnie devrait déménager dans le terminal 1 rénové de l’aéroport de Casablanca dont elle veut faire son hub. Début 2019, les équipages arboreront de nouveaux uniformes dans le cadre d’un nouveau positionnement de la marque qui ira de pair avec de nouvelles cabines. D’ici avril 2019, la compagnie aura aussi ouvert quatre nouvelles destinations : Athènes, Amman, Miami et Vienne.

Pourtant, la Royal Air Maroc attend toujours son deuxième contrat-programme. Le ministre du Tourisme Mohamed Sajid avait annoncé en février qu’il était « en cours d’élaboration afin de permettre à Royal Air Maroc d’accompagner les fluctuations majeures que connait le secteur, notamment avec l’apparition des compagnies aériennes à bas prix. » Contacté, le ministre du Tourisme n’a pu être joint. Bridé, le management de la compagnie nationale dit ignorer quand le contrat programme sera adopté. Selon les estimations de TelQuel, il faudrait entre 3 et 4 milliards de dollars rien que pour porter la flotte de la RAM de 55 avions à 120 appareils. En 2011, afin de sauver la compagnie nationale, l’État avait injecté 1,6 milliard de dirhams dans le cadre du contrat-programme 2011-2016, ce qui avait servi essentiellement à financer les départs volontaires.

Par ailleurs, en interne, la compagnie a connu un été noir avec une centaine d’annulations de vols impactant des milliers de passagers, sur fond de guerre ouverte entre les pilotes et la direction. Dans une lettre adressée le 17 juillet à l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL), le PDG de la RAM disait renoncer à sa stratégie en raison du « refus» des pilotes « de tout compromis ». « La grève qui s’annonce à compter du 18 juillet sera dévastatrice (…). Elle clôturera définitivement notre projet commun de plan de développement et nous condamnera au mieux à une stagnation similaire à celle que nous vivons depuis 20 ans (…). Les commandes d’avions prévues seront annulées, car nous ne disposons pas des moyens financiers pour les acquérir », écrivait-il. Le mois suivant, après la signature d’un accord entre la direction et l’AMPL, Hamid Addou réhabilitait les pilotes et écrivait : « Mon souhait est de voir Royal Air Maroc propulsée au rang et à la place qu’elle mérite, celle des compagnies les plus performantes. Ensemble, cet objectif est désormais à notre portée ». Néanmoins, l’accord a été rejeté par le syndicat des pilotes.

Ce n’est pas pour inquiéter le président de One World qui nous déclare : « Davantage que les cas isolés, nous regardons la qualité de la compagnie. Et la RAM remplit tous ces critères, avec un très beau programme d’expansion. Nous sommes très à l’aise avec ça. » Pour Hamid Addou, « dans toute famille, il y a des crises. Nous avons connu un moment compliqué qui est en train d’être dépassé. Tout le monde dans la compagnie œuvre dans le sens du développement de la compagnie, que ce soit pilote, personnel navigant, management… Aujourd’hui, c’est une étape pour les 5000 employés de Royal Air Maroc. C’est pour le bien de la compagnie et du pays. »

article suivant

Une enquête parlementaire pour déterminer les "vrais responsables" des retards des projets d'Al Hoceima ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.