Bourita joue la carte de l’anti-chiisme iranien pour séduire la droite américaine – Telquel.ma

Bourita joue la carte de l’anti-chiisme iranien pour séduire la droite américaine

Dans un entretien accordé au média américain Breitbart, le ministre des Affaires étrangères appelle à un soutien américain pour faire face à la volonté « hégémonique de l’Iran ». Le diplomate déclare également que Washington doit soutenir Rabat dans le dossier du Sahara afin de mettre fin aux velléités de Téhéran.

Par

Nasser Bourita reçoit à Rabat le secrétaire d'État adjoint des États-Unis, John Sullivan Crédit: MAP

Nasser Bourita veut séduire l’alt-right américaine. En témoigne l’entretien  accordé par le ministre des Affaires étrangères au site d’information  Breitbart, connu pour ses positions pro-Trump, à quelques jours d’une visite à Washington et à quelques semaines de l’examen du mandat de la Mission des Nations Unies au Sahara (Minurso) par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Dans cet entretien réalisé en marge de sa tournée des Balkans, le ministre appelle clairement  à un soutien américain sur le dossier du Sahara dans lequel l’Iran est indirectement impliqué après s’être vu accusé par Rabat de soutenir le Polisario à travers le Hezbollah libanais. Le diplomate y suggère notamment qu’un soutien américain permettrait d’affaiblir l’Iran. Il en veut pour preuve des tentatives d’influences de l’Iran au Maroc et en Afrique, notamment sur le terrain religieux, qu’il raconte dans le détail.

à lire aussi

Tentative d’influence

Nasser Bourita revient notamment sur la première rupture des relations diplomatiques en 2009. Alors que la diplomatie marocaine avait attribué cette décision à »certaines expressions inopportunes contenues dans un communiqué officiel iranien » à propos du soutien du Maroc à « l’unité et à l’intégrité territoriale du royaume de Bahreïn » dans le cadre d’un litige opposant Al Manama et Téhéran, le ministre des Affaires étrangères livre une toute autre version dans cet entretien.

« Nous avions un attaché culturel iranien à Rabat qui venait souvent visiter les petites villes au Maroc dans le cadre de ce qu’il appelait un festival littéraire […] Nous nous demandions pourquoi il avait besoin de faire la promotion de livres iraniens ici ? Et nous avons remarqué qu’il accordait des bourses d’études. 10 personnes puis 120 personnes par an se sont vues accorder des bourses pour étudier à Qom (ville située à 150 kilomètres de Téhéran connue pour accueillir des séminaires religieux chiites). Entre 2009 et 2016, nous n’avons pas eu de relations avec l’Iran en raison de ce qu’ils faisaient avec ces bourses », explique le ministre des Affaires étrangères.

Pour la diplomatie marocaine, ces bourses d’étude constituaient un moyen pour l’Iran de « saper le travail du gouvernement en endoctrinant des jeunes marocains afin de leur faire rejeter l’islam modéré pratiqué au Maroc en faveur de l’Islam radical chiite du régime iranien », explique Nasser Bourita.

Dans cet entretien accordé à Breitbart, Nasser Bourita affirme également que l’Iran a cherché à influencer la communauté marocaine résidant à l’étranger (MRE), notamment en Europe. « Les autorités européennes ne nous autorisent pas à envoyer des imams affirmant que cela mettra à mal leur intégration (celle des MRE, ndlr) dans leurs pays de résidence. Donc ils (les MRE, ndlr) ont été abandonnés […] Les Marocains sont censés adopter l’islam marocain qui est modéré, mais maintenant leur éducation religieuse est faite par des Afghans, des Iraniens  ou des personnes différentes. Nous l’avons vu, en Belgique particulièrement, certaines attaques ont eu lieu alors que l’association des Marocains pour l’islam chiite a été créée en Belgique », assure le ministre des Affaires étrangères.  

Financement africain

Près de deux ans après la reprise de leurs échanges, en 2016, Rabat et Téhéran ont de nouveau rompu leurs relations diplomatiques durant l’année 2018. Cette fois-ci, l’Iran est accusé de financer et d’armer le Polisario à travers le Hezbollah libanais. Un deuxième litige qui a poussé le Maroc à déplacer sa représentation diplomatique à Beyrouth, car elle se situait « dans la zone sud de Beyrouth contrôlée par le Hezbollah »,  avance au média américain Nasser Bourita. Et de détailler : « Nous déplaçons notre ambassade dans la zone sunnite de Beyrouth et nous avons mis en place une coordination avec des amis pour protéger notre ambassade ».

Evoquant le Hezbollah, le ministre est revenu sur l’arrestation en mars 2017 par les autorités marocaines de Kasseem Tajideen. Ce financier du mouvement chiite a depuis été remis aux autorités américaines qui l’accusent de blanchiment et de violation des sanctions américaines contre les mouvements terroristes. Kasseem Tajideen était un « acteur important dans les plans du Hezbollah » pour « influencer des pays africains« , estime Nasser Bourita. Le diplomate assure à ce sujet : « En Afrique, nous percevons aussi le Hezbollah comme une menace économique. A travers le Hezbollah, l’argent iranien est réinvesti en Afrique. Ils achètent des hôtels et des supermarchés. Il ne faut donc pas sous-estimer l’action de l’Iran en Afrique subsaharienne ».

Pour Nasser Bourita, l’offensive iranienne en Afrique subsaharienne n’est pas seulement économique, mais aussi religieuse. « Nous avons remarqué certaines activités au Sénégal, en Guinée, en Côte d’Ivoire et même en Guinée-Bissau ». Pour illustrer son propos, le ministre des Affaires étrangères ne manque pas de rappeler que la plus grande mosquée en Côte d’Ivoire est une mosquée chiite. « Cela constitue pour nous la première attaque contre nos intérêts », assure-t-il.

Une alliance naturelle

Dans une volonté de cimenter sa place en Afrique et plus particulièrement dans le Maghreb,  l’Iran a, à travers le Hezbollah,choisi de s’allier avec le Polisario selon Nasser Bourita. « Ils aimeraient avoir le contrôle du monde arabe tout en étant présents en Afrique du Nord. Des contacts ont eu lieu en Libye à travers des éléments soutenus par la Turquie et le Qatar à Misrata », indique le ministre des Affaires étrangères pour qui le Polisario est utile à l’Iran de par « sa connaissance de la zone. Ce sont des trafiquants […] Ils connaissent les routes. Deuxièmement c’est un mouvement militaire qui a donc des éléments prêts à partir à l’action. »

Selon Nasser Bourita, le Maroc soutient avec « beaucoup d’enthousiasme et d’espoir », les efforts de l’administration Trump de stopper les tentatives iraniennes visant à faire de Téhéran « une puissance hégémonique dans le Moyen-Orient et dans le monde musulman de manière plus générale ».

C’est dans l’optique de stopper ces velléités que le diplomate suggère deux domaines dans lesquels les Etats-Unis peuvent porter assistance aux pays arabes. « Je pense que la première chose à faire est d’aider les états qui peuvent faire face à l’Iran sur le champ religieux, idéologique et en termes de crédibilité. L’affaiblissement de l’Iran passe par le renforcement de certains pays arabes sunnites ». Sur le champ religieux, le ministre des Affaires étrangères juge également que le Maroc peut contribuer et se différencier de l’Arabie saoudite et de l’Iran en promouvant l’islam modéré.

Pour le diplomate, les Etats-Unis peuvent contribuer au renforcement du Maroc en encourageant les investissements vers le Royaume.  Bourita suggère également que Washington affiche son soutien au plan d’autonomie marocain pour le Sahara présenté en 2006. « La stabilité du Maroc est lié au Sahara. Ce n’est pas juste une question d’agenda » justifie le ministre.

Polisario non grata

Alors que la communauté internationale a encouragé le Royaume et le Polisario à avoir des discussions directes lors du vote prorogeant le mandat de la Minurso au mois d’avril dernier, Nasser Bourita semble suggérer que le Maroc n’entamera pas de discussion avec le mouvement séparatiste : « Comment les Etats-Unis peuvent-ils nous demander aujourd’hui de nous asseoir avec un mouvement militaire et autocratique[…] Comment peut-on demander au Maroc de s’asseoir avec ces gens pour discuter du futur de ce territoire (le Sahara, ndlr) ?  Pense-t-on qu’un acteur non-étatique, que des mouvements militaires peuvent être des partenaires pour la paix ?  Pense-t-on que la meilleure manière pour aider le monde arabe à emerger de manière stable est de renforcer les groupes armés ? ».

Pour le ministre des Affaires étrangères, la résolution du conflit du Sahara permettrait de mieux faire face à « l’offensive de l’Iran ». D’autant que pour le Royaume, « l’administration Trump a tout ce qu’il faut pour résoudre ce problème ».

article suivant

Bilan du Plan Maroc Vert : Akhannouch poursuit son roadshow à Skhirat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.