Les négociations entre la direction de la RAM et ses pilotes en stand by

Alors que la Royal Air Maroc annonce quotidiennement l’annulation de plusieurs de ses vols, les négociations entre la direction de la compagnie et ses pilotes suite au bras de fer entamé le 20 juillet sont au point mort. Motif? Les échéances fixées pour les revalorisations salariales des pilotes.

Par

Aucune issue au bras de fer qui oppose depuis le 20 juillet la RAM et ses pilotes n’a encore été trouvée. A en croire une source au sein de l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL), les négociations démarrées la semaine dernière sont actuellement en suspens. «Les négociations se sont arrêtées avant-hier (mardi 31 juillet, NDLR). Ils ne se sont pas mis d’accord sur un point, celui de la revalorisation salariale pour les pilotes qui intégreront la compagnie à l’avenir», nous explique notre interlocuteur. Et d’ajouter : «Sur ce point en particulier, les pilotes ne veulent pas revenir en arrière».

Selon un autre membre de l’AMPL, l’échec des négociations est en fait lié aux échéances fixées par la RAM. «La RAM nous demande d’échelonner les revalorisations, même pour les nouveaux. C’est-à-dire que les pilotes qui vont intégrer la compagnie dans six ans vont voir leur revalorisation salariale échelonnée sur les cinq ans qui suivent. Cela peut créer une inégalité en termes de salaire.  C’est le petit point qui bloque les négociations», déplore ce pilote.

Concrètement, selon l’AMPL, les pilotes qui, par exemple, intégreront la compagnie aérienne en 2024 vont devoir attendre jusqu’en 2029 pour passer les trois échéances proposées par la compagnie aérienne pour la revalorisation de leurs salaires. «Mardi, après l’échec des négociations, la RAM a retiré son projet d’accord et nous avons pris acte de ce retrait», poursuit notre source.

La semaine dernière, l’AMPL jurait pourtant que la question des salaires n’était «pas la priorité des pilotes en ce moment». «Ils demandent à ce que la compagnie réduise leurs heures de vol. Ils ne veulent plus avoir cette cadence. Ils demandent aussi à avoir quatre jours off successifs par mois, au lieu de 48 heures par semaine actuellement», soutenait alors un membre de l’AMPL.

à lire aussi

Besoin de 16 pilotes

Contacté à plusieurs reprises, le département communication de la RAM est resté injoignable. La compagnie nationale a par ailleurs publié jeudi 2 août un «avis de sélection» concernant «16 candidats destinés à devenir sous certaines conditions des pilotes de ligne du groupe». Le recrutement est prévu «dans le cadre de son plan de développement et du projet d’ouverture de l’école de pilotage au Maroc», fermée depuis 2014.

La sélection des candidats commencera en septembre 2018, pour une rentrée académique prévue en novembre 2018, souligne la compagnie. Les candidats doivent toutefois remplir certaines conditions, notamment la détention de la nationalité marocaine, d’un bac scientifique et être âgés de moins de 27 ans «à la date de diffusion de l’annonce».

Posted by Royal Air Maroc on Thursday, August 2, 2018

En attendant de trouver une solution à la crise, la compagnie continue d’annoncer tous les jours l’annulation de plusieurs vols. Au total, plus de 120 vols ont été annulés depuis le 20 juillet.

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste