El Othmani se prépare à réactiver le Conseil de la concurrence – Telquel.ma

El Othmani se prépare à réactiver le Conseil de la concurrence

Des préparatifs sont en cours pour réactiver le Conseil de la concurrence, gelé depuis la fin du mandat de ses membres en 2013, assure le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi.

Par

Abdelali Benamour a mis de côté sa carrière de directeur d'établissement pour se consacrer à la présidence de cette instance. Crédit: Tniouni
Abdelali Benamour, président sortant du Conseil de la concurrence. Tniouni

Le chef du gouvernement a commencé à travailler sur ce sujet », a déclaré Mustapha El Khalfi le 21 juin à l’issue du Conseil de gouvernement.

Le porte-parole du gouvernement a révélé que Saâd Eddine El Othmani a reçu un avis du secrétaire général du gouvernement qui atteste que le Conseil de la concurrence ne pouvait pas continuer à travailler après la fin du mandat de ses membres et dans l’esprit des nouveautés apportées par la Constitution de 2011 qui l’érige en institution constitutionnelle.

à lire aussi

« Par honnêteté intellectuelle, poursuit El Khalfi, le chef du gouvernement s’est rendu à l’évidence et admis son erreur puisqu’il avait imputé la responsabilité du gel de l’activité du Conseil de la concurrence à son président Abdelali Benamour à qui il avait demandé de reprendre du service jusqu’à la nomination d’un successeur. »

L’Article 10 de la loi 20-13 relative au Conseil de la concurrence dispose que son président est désigné par Dahir pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Le président est secondé par quatre présidents-adjoints ainsi que par huit membres ayant qualité de conseillers.

Depuis octobre 2013 et la fin du mandat de ses membres, le Conseil n’a pas été renouvelé par le gouvernement. Pourquoi ? « Quand un Conseil de la concurrence émerge et veut faire son travail, des intérêts émergent et des lobbys se mettent à l’œuvre. Je ne peux pas vous dire quels lobbys, puisque leur propre c’est bien de travailler en douce », nous répondait son président Abdelali Benamour, qui, sans Conseil, se voit dans l’impossibilité d’agir.

Le gel de l’activité de ce conseil se fait particulièrement sentir alors que des enquêtes de TelQuel et un rapport de mission d’information parlementaire mettent en lumière l’explosion des marges des pétroliers marocains depuis la libéralisation totale du secteur fin 2015.

Abdelali Benamour fulmine : « Evidemment que l’on pourrait faire quelque chose aujourd’hui dans le cas des carburants, puisque le texte nous donne la possibilité d’être le surveillant de ce qui se passe dans le monde économique, et de démontrer une entente par exemple. »

(Par Charki Lahrech)

article suivant

5 ans de prison confirmés en appel pour El Mortada Iamrachen

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.