Saisonnières harcelées à Huelva: les œillères du gouvernement

Des saisonnières marocaines, employées en Espagne à la cueillette des fraises, ont porté plainte pour harcèlement sexuel et tentative de viol. Nos voisins ont rapidement ouvert une enquête tandis que des responsables marocains ont préféré se réfugier dans le déni.

Par

Plusieurs saisonnières marocaines parties ont porté plainte pour harcèlement sexuel et tentative de viol. Crédit: AFP PHOTO / CRISTINA QUICLER

Il n’y a rien d’officiel pour le moment”. C’est en ces termes que l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) a commenté dans un premier temps les présumés abus sexuels qu’auraient subi plusieurs des saisonnières marocaines parties cueillir des fraises à Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne. Officiel, ça l’est désormais suite à la confirmation par la Guardia civil d’un dépôt de plainte. “Dix portent plainte pour dénoncer leurs conditions de travail, dont trois qui dénoncent en plus une situation de harcèlement sexuel au travail, et une autre, une tentative de viol”, a énuméré pour l’AFP leur avocate espagnole, Belen Lujan. Elle a ajouté que beaucoup d’autres Marocaines voudraient porter plainte mais ont peur de le faire ou sont reparties au Maroc. Ce qui corrobore les témoignages recueillis par le site d’information américain Buzzfeednews.com et le média…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)