Procès Bouachrine, un chaos tragi-comique

Faute d’accès aux vidéos “sexuelles” à charge contre Taoufik Bouachrine, les observateurs du procès s’en remettent au binge-watching des déclarations à la presse des avocats, à la sortie du tribunal.

Par

Les avocats de Taoufik Bouachrine. Crédit: AIC Press

Le procès de Taoufik Bouachrine tient incontestablement ses promesses, presque malheureusement, voudrait-on dire. Comment une affaire de mœurs relevant du pénal – une simple goutte dans un océan de dossiers similaires déférés devant les tribunaux du royaume – a-t-elle pu se transformer en feuilleton tragi-comique, dont les héros inespérés arborent des blouses noires et blanches, symbole d’une profession noble et d’une vocation pour la protection des valeurs d’une société : le respect, la justice, l’équité…

Taoufik BouachrineCrédit: R. Tniouni/ Telquel

La décision de la Cour, le 3 mai dernier, de tenir les audiences à huis clos, en vue d’une confrontation entre les deux parties, ainsi que la diffusion sur les écrans de la salle 8 des enregistrements vidéo retenus par le Parquet comme pièces à conviction justifiant les accusations de viol et de traite d’êtres humains, contre le journaliste et ex-directeur de publication…

article suivant

Tarik Kabbage: "L'Alternance était un moment difficile pour lui"