Ilyas El Omari: partira, partira pas ?

Le PAM n'arrive toujours pas à trancher au sujet de la démission de son secrétaire général. En attendant, le tracteur navigue à vue. Le point.

Par

La démission d'Ilyas El Omari remonte au 7 août 2017. Pourtant il est toujours omniprésent. Crédit: AIC Press

Samedi 21 avril, le Parti de l’Istiqlal réunissait son conseil national au complexe sportif Moulay Abdellah, à Rabat, pour décider de son positionnement. A la suite d’un exposé du secrétaire général Nizar Baraka, la plus vieille formation politique du pays a décidé de se ranger dans l’opposition. A quelques kilomètres de là, le même jour à El Oualja, aux environs de Salé, le deuxième parti du pays (en nombre de sièges au parlement) tenait également une session de son conseil national pour débattre de la question du Sahara à la lumière des derniers développements. “Une nouvelle fuite en avant d’Ilyas El Omari, qui retarde au maximum tout débat autour de sa démission”, souligne une source interne au parti du tracteur. Rappelons que la démission de celui qui est aussi président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma date du 7 août 2017. Cette démission a été suivie par la mise en place d’un comité national…

article suivant

Sélection culturelle de confinement: Nabil Benabdellah