Les Barons de Baltimore, quartet aérien

Disparu des radars depuis quelque temps, le réalisateur Hicham Ayouch nous revient avec une formation musicale montée autour de ses propres poèmes. Le résultat est aussi étonnant que réjouissant. Rencontre avec un explosé du bulbe qui nous veut du bien.

Par

Les Barons de Baltimore ont donné leur premier concert le 13 avril à l'Uzine. Crédit: Ahlam Maroon

Un titre nobiliaire irlandais pour baptiser un combo musicalement futuriste, poétiquement romantique. “D’abord, la sonorité est belle. Ensuite, il y a une forme de noblesse, un côté mystérieux”, explique Hicham Ayouch, cofondateur de cette formation au style hétéroclite. Les Barons de Baltimore est un concept, un projet artistique loin de tout et proche de rien. Leur musique reste à définir. Malgré quelques inspirations malaxant électro et jazz, l’atmosphère créée rejette les références établies. Et pour cause, les quatre membres du groupe viennent d’univers tellement différents que leur association n’inspire pas l’évidence de prime abord. Hicham, journaliste puis réalisateur de cinéma, grandit en écoutant Otis Redding, Bob Marley, Simon and Garfunkel, Jacques Brel, Barbara, Public Enemy… Autant dire qu’il a l’oreille généraliste. Amine Rharbi, claviériste et bassiste, s’engouffre dans le jazz, le reggae, l’oriental, le hip-hop et la techno. Salim Akki,…

article suivant

Bouygues et Thalès, derniers candidats au mégaprojet de surveillance de Casablanca