Propriété intellectuelle: plus de marques marocaines, mais moins de brevets

Propriété intellectuelle: plus de marques marocaines, mais moins de brevets

L'année 2017 a enregistré un record de demandes d'enregistrement de marques marocaines. En revanche, les demandes de brevets sont en retrait.

Par

Adil Malki, directeur de l'OMPIC. Crédit: DR

Sur l’exercice 2017, l’Office marocain de la propriété intellectuelle (OMPIC) a traité 9 490 demandes d’enregistrement de marques, dont 7 889 d’origine marocaine.

Sur les cinq dernières années, les statistiques de l’Office révèlent une progression soutenue des demandes d’enregistrement de marques d’origine marocaine, alors que les demandes portant sur des marques étrangères connaissent une quasi-stagnation.

En 2017, le podium d’enregistrement de marques d’origine marocaine est trusté essentiellement par les détergents, huiles et cosmétiques (1 494 marques), le café, les farines et confiseries (1 336 marques) et enfin la publicité (1 287 marques). Les demandes d’enregistrement de marques étrangères ont pour leur part principalement concerné les produits pharmaceutiques et hygiéniques (251 marques).

Les demandes marocaines de brevet en berne

Par secteurs d’activité elles ont essentiellement porté sur les “Nécessités courantes de la vie”, la “Chimie/Métallurgie”, ou encore les “Techniques industrielles”.

Bien que les demandes de brevet d’invention aient connu une nette progression (1 240 en 2016 contre 1 917 en 2017), on note un repli des demandes d’origine marocaine. Ces dernières sont ainsi passées en une année de 239 à 186.

Toutefois ce recul est contrebalancé par l’accroissement exponentiel des demandes d’origine étrangère (1 734 en 2017 contre 1 002 l’année précédente). Indicateur marquant, les demandes de brevet marocaines ont atteint leur niveau le plus bas depuis 2013.

Les Etats-Unis arrivent en tête du podium avec 575 demandes, loin devant la France et l’Allemagne avec respectivement 217 et 131 demandes. L’on ne dispose pas actuellement d’une ventilation détaillée, qui permettrait d’identifier les organismes de recherche ou les secteurs les plus dynamiques à l’origine de ces demandes.

Crédit: OMPIC

Crédit: OMPIC

article suivant

Le match de gala de la Marche verte ou le patriotisme bling-bling prêché dans le désert

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.