Touria Hadraoui, “Ce que le malhoun chante, c’est surtout le corps féminin”

Crédit : Tniouni/TelQuel

Smyet bak ?

Mohammed Hadraoui.

Smyet mok ?

Fatima Abbassi.

Nimirou d’la carte ?

Je ne m’en souviens pas. Je sais seulement que ça commence par 609…

Vous êtes la première femme à avoir osé chanter le malhoun, un genre alors considéré comme la chasse gardée de la gent masculine. C’est par goût de la provoc’ ?

J’ai écrit tout le livre pour répondre à cette question. Ce n’est pas une idée qui m’est venue comme ça, soudain, c’est un parcours qui m’a menée pas à pas vers le malhoun. Je cherchais ma voie et j’ai commencé par chanter Oum Kalthoum. Je ne voulais pas suivre un cheminement normal et chanter n’importe quoi, au gré de la mode. J’avais une voix mais aussi une curiosité intellectuelle. J’ai alors fait ce que je pouvais faire jusqu’à un certain âge et, d’étape en étape, je me suis retrouvée à apprendre le malhoun. Il y a eu un déclic : ma rencontre avec le maître du genre El Haj Benmoussa.

Vous n’aviez donc aucun rapport avec le malhoun jusque-là. Que s’est-il passé au…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer