L'électro-pop néo-chaâbi de Malca

En deux ans et trois chansons, l'auteur-compositeur judéo-marocain s'est inscrit dans le paysage underground parisien comme le porte-étendard d'une certaine branchitude casablancaise. Konbini comme les Inrocks en ont décidé ainsi. Sur les réseaux sociaux d'obédience franco-marocaine, on ne voit que lui. Mais qui est donc ce Malca-ci ? Story.

Par

L'esthétique néo-marocaine kitsch et déjantée adoptée par l'artiste séduit le public bobo-hype-métissé parisien.

Lionel Malca est né un 17 octobre de l’an 1988. À Paris, comme l’avaient décidé ses parents. Ils voulaient en faire le premier Français de la famille — du fait du droit du sol. Beaucoup de nantis marocains faisaient ainsi, dans les années 1980. Jusqu’à ce qu’une des très nombreuses lois anti-immigration, adoptées depuis, y mette le holà. Mais ceci est une autre histoire…

“Je veux être fédérateur, mais je fais une musique juive, arabe et électro-futuriste”

Malca
Rendez-vous était pris au Titan, ce vieux bistrot ressuscité, iconique du centre-ville de la capitale économique. Nous trouvions que c’était le cadre idoine pour l’auteur d’un titre intitulé Casablanca Jungle. Arrivés en avance — une fois n’est pas coutume — , nous observons son entrée. Malgré ses cheveux soyeux mi-longs, la raie au milieu,…

article suivant

Détournement de fonds : Ahmad Ahmad, le patron du foot africain, suspendu 5 ans