Balafrej : "Il y a une crise de confiance à Jerada et personne ne m'a empêché de m'y rendre"

Le manque de confiance en les promesses du gouvernement est la cause des manifestations qui continuent à Jerada. C'est la conclusion d'Omar Balafrej, le député de la FGD, qui était sur place.

Par

Omar Balafrej © Yassine Toumi

Le manque de confiance en les promesses du gouvernement est la cause des manifestations qui continuent à Jerada. C’est la conclusion d’Omar Balafrej, le député de la FGD, qui était sur place.

 

Le jeune député de la FGD a déclaré à TelQuel Arabi que les habitants de la ville minière ne font pas confiance aux promesses du gouvernement et c’est ce qui les poussent à continuer à manifester.

Omar Balafrej, qui se trouvait sur place vendredi, que les imposants renforts sécuritaires dans la ville ne sont pas la solution pour les problèmes et pour convaincre les populations d’arrêter leurs protestations.

« Les manifestations vont continuer tant que des comptes n’ont pas été demandés aux barons du charbon qui se sont enrichis illégalement », a déclaré le député FGD qui estime que le retrait des autorisations d’exploitation à lui seul ne suffirait pas.

Lire aussi : Jerada : 9 interpellations suite à des « actes de violence », et des blessés graves du côté force de l’ordre (préfecture)

Lors du même entretien à TelQuel Arabi, Omar Balafrej a nié avoir été approché par les autorités pour le dissuader de se rendre à Jerada.

« Tout ce qu’il y a, c’est que Nabila Mounib, la SG du PSU, m’a contacté pour m’informer qu’un responsable (de l’Intérieur) l’avait appelé pour qu’elle me dise de ne pas aller à Jerada pour ma propre sécurité », poursuit Omar Balafrej qui qualifie sa visite de réussie.

Lire aussi : Jerada : le ministère de l’Intérieur rappelle qu’il est habilité à interdire des manifestations illégales

Ce samedi 17 mars, des manifestations éparses ont été observées dans plusieurs quartiers de la ville minière et sans heurts avec les forces de l’ordre toujours présentes en grand nombre à Jerada, a constaté un journaliste de TelQuel;ma.

(Charki Lahrech pour TelQuel Arabi)

 

 

article suivant

"Arabiyat" : ode aux femmes arabes en dix films

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.