A Marrakech, le livre "Sahih Al Boukhari, fin d'une légende" de Rachid Aylal est désormais interdit

Le livre « Sahih Al Boukhari, fin d’une légende » de Rachid Aylal est désormais interdit à Marrakech. Sur ordre du juge des référés, il a été retiré de la bibliothèque Afaq.

« Sahih Al Boukhari, fin d’une légende« , le livre du chercheur en patrimoine religieux Rachid Aylal, soulève de nouveau la controverse après une injonction interdisant l’ouvrage émise par un juge des référés à Marrakech.

Une décision qui fait suite à la demande du gouverneur de la région Marrakech-Safi le 7 novembre 2017. Selon Telquel Arabi, la décision du juge se base sur l’exposé d’une commission ad hoc, le 30 octobre 2017, lors d’une réunion du Conseil de la région.

Cette commission, estime que le livre constitue « une atteinte à la sûreté spirituelle des citoyens et est contraire aux constances religieuses en vigueur. »

Le livre a été retiré de la bibliothèque Afaq à Marrakech, sur ordre du juge des référés. Ce dernier  arguant qu’il s’agit d’une mise en œuvre accélérée de la loi. « C’est une première au Maroc » s’est contenté de commenter l’auteur de l’ouvrage sur son compte personnel Facebook.


Toujours d’après Telquel Arabi, une rencontre autour du livre, en présence de l’auteur, organisée le 11 février par l’association Intilaqa, en partenariat avec le café littéraire « Dar Saida Mnebhi », n’a pas été interdite.

« Sahih Al-Boukhari, fin d’une légende » est une critique de la compilation de hadiths attribués au prophète Mohammed faite par Boukhari. Compilation considérée dans certains milieux comme la plus authentique après le Coran.

L’auteur base sa critique du Sahih Al Boukhari sur l’étude des manuscrits, partant « des écrits des grands imams de l’islam (Ibn Al Qayyim, Ibn Taymia, Ibn Hazem, Attarmidi, Ibn Al Hammam), qui, même s’ils défendent le recueil de Al Boukhari, le critiquent aussi » explique Rachid Aylal dans un entretien accordé à Ladépêche. Dans son livre, il conteste plusieurs textes, ce qui lui a valu des accusations d’apostasie de la part des milieux salafistes ainsi que dess menaces de mort provenant d’inconnus.

article suivant

Quand le Maroc battait le Portugal (3-1) en 1986...

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.