70 %

Par Omar Saghi

Parmi les nombreux exemples du mal-développement marocain, la sous-bancarisation fut longtemps emblématique. Le nombre de ménages marocains ayant accès aux services bancaires est resté très bas jusqu’à récemment. Très bas par rapport à la norme régionale. Le Maroc faisait moins bien que l’Algérie, la Tunisie ou l’Egypte. Mais, après tout, le Maroc faisait moins bien que ses voisins dans à peu près tous les domaines : alphabétisation, urbanisation, santé publique… Pourtant, la bancarisation dit beaucoup plus sur le système sociopolitique marocain que les autres critères. La faiblesse marocaine dans l’éducation ou la santé publique trouvait une explication immédiate : un régime conservateur et traditionnaliste se devait mécaniquement d’enregistrer de tels retards. Le faible taux de bancarisation était plus difficile à expliquer : après tout, le Maroc était un pays pro-occidental, à l’économie.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Liberté, écriture et misère sexuelle... entretien croisé avec Leila Slimani et Kamel Daoud

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.