Elections partielles : Soutenu par le PAM et le RNI, l’USFP sauve la mise et reconstitue son groupe parlementaire

Des élections partielles ont eu lieu ce jeudi 4 janvier à Nador et Guercif. L’USFP en sort vainqueur grâce au soutien du PAM et du RNI. C’était la dernière chance pour le parti qui préside la Chambre des représentants de pouvoir reformer son groupe parlementaire.

Par

Driss Lachgar © Yassine Toumi /TELQUEL

A Nador, les élections partielles ont permis au candidat USFP local Abdelhamid Aberchane de reconquérir son siège de parlementaire. Un siège qu’il avait perdu au profit du MP Said Rahmouni, déchu de son mandat par la Cour constitutionnelle. Aberchane est arrivé en tête devant l’Istiqlalien Mohamed Taibi en récoltant 134 000 voix contre 8000 pour son adversaire.

Pour Guercif, deux sièges étaient à pourvoir. Et c’est l’USFP et le PAM qui se sont adjugés la victoire. Le candidat du parti de la rose, Said Baâziz l’a emporté avec 9810 voix, suivi par celui du tracteur Mohamed Bernichi qui a totalisé 8356 votes en sa faveur.

Disposant désormais de 21 sièges, les socialistes peuvent reconstituer un groupe parlementaire, étant donné que le règlement intérieur de la première Chambre fixe à 20 le nombre minimum de sièges pour pouvoir le former. A défaut, l’USFP aurait été confrontée à la situation paradoxale d’un parti détenant la présidence de la première Chambre, mais dépourvu d’un groupe parlementaire le représentant dans l’Hémicycle.

Curiosités et alliances et électorales

Outre le faible taux de participation (10,59 % à Nador et 31,85 % à Guercif), les élections partielles ont été marquées par l’utilisation par certains électeurs de leurs bulletins de vote pour exprimer leur solidarité avec les détenus du Hirak du Rif, comme le rapporte nos confrères de Lakome2.

Ces deux scrutins ont également vu le PAM et le RNI appuyer ouvertement les candidats de l’USFP dans leurs circonscriptions. A Guercif,  le ministre RNI de la Justice et des libertés Mohamed Aujjar a accompagné son collègue au gouvernement, le socialiste Mohamed Ben Abdelkader (ministre délégué chargé de la Fonction publique) pour soutenir la candidature de Said Bâaziz.

Le parti d’Aziz Akhennouch est allé jusqu’à retirer son candidat sur place des échéances électorales et émettre à sa base militante locale la consigne de voter en faveur de l’USFP. Pour rappel, c’est le même RNI qui a repris le siége à Sidi Ifni en décembre dernier.

S’agissant du PAM, un communiqué du parti d’Ilyas Elomari a félicité et réitéré son soutien à l’USFP « comme ce fut le cas à Sidi Ifni ». Un soutien qui a pour origine « la convergence et la coordination entre les deux partis sur de nombreux sujets cruciaux ».

 

article suivant

Quand le Maroc battait le Portugal (3-1) en 1986...

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.