L'OCP lance la construction d'une usine en Inde qui sera opérationnelle en "juin ou juillet 2018"

Ce projet est la concrétisation d'une joint-venture, conclue en octobre 2016 par l'OCP et son partenaire indien Kribhco (crédit: OCP Group)

« Les études d’architecture sont en cours », a déclaré à la MAP l’ambassadeur du Maroc à New Delhi. L’entrée en fonction de cette unité de production, annoncée pour l’été 2018, concrétisera un investissement de 2,3 milliards de dirhams de l’OCP et de son partenaire indien Kribhco.

Le site, situé dans le port de Krishnapatam (sud du sous-continent indien), devrait produire à terme 1,2 million de tonnes d’engrais NPK (nitrogen, phosphorus, potassium). Cette réalisation est le fruit d’une joint-venture 50/50, lancée en octobre 2016, entre l’Office chérifien des phosphates (OCP) et la société indienne Kribhco.

Cette dernière est l’un des deux leaders indiens de la production d’urée, avec 14% de parts de marché. Fondé en 1980, le groupe a récemment élargi ses activités à l’importation et à la distribution d’engrais.

Kribhco s’est engagé à investir dans une usine d’acide phosphorique au Maroc. Ce projet s’ajoutera à deux autres sites de production maroco-indiens, implantés dans le port de Jorf Lasfar suite à des partenariats entre l’OCP et Chambal Fertilizers Chemicals et Tata Chemicals.

Le géant marocain des phosphates est également actionnaire depuis 2002 de l’Indien Paradeep phosphates LTD, dont la production annuelle s’élève à 1.250.000 tonnes de DAP/NPK, 726.000 tonnes d’acide sulfurique et 290. 000 tonnes d’acide phosphorique. 

La création de la nouvelle usine OCP en Inde a été annoncée en marge de la visite d’une importante délégation marocaine en Inde, conduite du 14 au 21 décembre par les ministres de l’Équipement et de la Santé. Lors de cette visite, des conventions ont également été signées dans les domaines de la télémédecine, des chemins de fer et des ressources hydriques.

Lire aussi: OCP et le fabricant de fertilisants Kribhco investissent 2,3 milliards de dirhams en Inde

article suivant

Enass, un nouveau média pour les “sans-voix” au Maroc