Histoire : Quand le Maroc soutenait l'Afrique du sud

Treize ans après la rupture diplomatique entre le Maroc et l'Afrique du Sud, la poignée de main entre Jacob Zuma et Mohammed VI en marge du sommet UE-UA semble avoir relancé les relations entre les deux pays. Retour sur les périodes où leurs relations étaient cordiales.

Par

Hassan II s’entretient avec le leader Africain M. Nelson Mandela President du Parti congres National Africain à Rabat, 1992. Crédit: maroc.ma

Treize ans après la rupture diplomatique entre le Maroc et l’Afrique du Sud, la poignée de main entre Jacob Zuma et Mohammed VI en marge du sommet UE-UA semble avoir relancé les relations entre les deux pays. Retour sur les périodes où leurs relations étaient cordiales.

« Le Maroc est une nation africaine, il est normal d’avoir des relations diplomatiques avec eux ». C’est dans ces termes que Jacob Zuma explique la nomination prochaine d’un nouvel ambassadeur marocain à Pretoria, après 13 années de rupture diplomatique entre le Maroc et l’Afrique du Sud, ce pays étant un soutien du Polisario. « Nous n’avons jamais eu de problème » avec le Maroc, a poursuivi le président sud-africain, rappelant le soutien apporté par le Maroc au peuple sud-africain durant sa lutte contre l’apartheid.

Le Maroc a été l’un des pays où l’ancien président Nelson Mandela s’était rendu pour chercher un expérience militaire au début des années 1960 et pour former les militants d’Umkhonto we Sizwe (NDLR : l’aile armée du parti de l’African National Congress (ANC), a rappelé Zuma, soulignant que les Marocains les ont beaucoup aidé. « C’est pour ces raisons que Mandela a senti, après sa remise en liberté (en 1990), qu’il était nécessaire de se rendre au Maroc pour remercier les Marocains« , a ajouté le président Zuma. La relation amicale entre le Maroc et l’Afrique du Sud a beaucoup tenu grâce à l’ancien président sud-africain et ancien dirigeant de l’ANC.

Lire aussi : Jacob Zuma veut « renforcer les relations avec le Maroc »

Solidarité dans la lutte contre l’apartheid

Sous la houlette du Dr Abdelkrim Khatib, alors ministre des Affaires africaines, le Maroc prête main forte à l’ANC dans sa lutte contre l’apartheid. Après des années de pacifisme, l’Umkhonto we Sizwe prend les armes malgré son peu de moyens. Nelson Mandela se tourne vers Hassan II pour qu’il lui fournisse argent, armes et formation. Lors de son discours de 1995, Nelson Mandela qui a séjourné en 1962 dans le royaume chérifien pour être formé a rendu hommage à Abdelkrim Khatib qui a permis cette aide. Dans ce discours, le président sud-africain aux cheveux grisonnants remercie « celui qui a été un des architectes de notre lutte armée« . Dans une narration rythmée, il revient sur la genèse de cette solidarité. « Je lui ai dit : je veux voir Sa Majesté votre roi. Nous avons créé une armée. Nos soldats sont entraînés. Nous voulons des armes. Nous voulons de l’argent« , raconte celui qui les sud-africains surnomment « Madiba ».

 

Mandela sous Hassan II

Suite à la fin de l’apartheid en Afrique du Sud, plusieurs photos de Hassan II avec Nelson Mandela ont été publiées. Selon Mustapha Ktiri, secrétaire d’État aux anciens combattants et dépositaire de la mémoire des anciens résistants, cité par Médias24, « le défunt roi Hassan II avait même mis à sa disposition une villa à Rabat près de l’hôtel Balima qu’il espérait un jour devenir la future ambassade d’Afrique du Sud ». C’est dans ce même hôtel que le Dr Khatib recevait dans les années 60 les valises pleines de billets de banque et de passeports diplomatiques marocains avec des noms marocains pour les membres de mouvements de libération africains.

Lire aussi : Quand Abdelkrim Khatib, ministre des Affaires africaines participait à la libération du continent

Juste après la libération du pays, Nelson Mandela se porte candidat à la présidence. Entre 1992 et 1994, il voyage dans le but de chercher des fonds et remercier les pays amis de l’ANC. L’une de ces visites est immortalisée par une photo de Hassan II qui s’entretient avec Nelson Mandela à Rabat. Selon une source diplomatique de la revue d’histoire Zamane, « Hassan II aurait fourni une enveloppe de 12 millions de dollars destinée aux caisses de l’ANC. Encore une fois, Mandela ne part pas les mains vides du Maroc« . En 1992, Nelson Mandela fait une première visite à Rabat et rencontre Hassan II à Rabat. Il est de nouveau reçu en 1994 et  est décoré du Wissam alaouite. Pourtant, les affinités de Hassan II avec les États-Unis et celles des membres de l’ANC avec l’Algérie et le Polisario avaient déjà commencer à tendre les relations entre les deux pays.

Mandela et Mohammed VI

A la mort de Nelson Mandela en 2013 à l’âge de 95 ans, Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion au président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma. Dans ce message, le roi avait adressé « à l’ensemble du peuple sud-africain frère« , « ses condoléances les plus attristées et l’expression de toute sa compassion« . Mohammed VI avait également rappelé que « le défunt a développé une relation toute particulière avec Mon pays qui l’a soutenu, dès la première heure de sa lutte contre l’Apartheid. Feu Mandela a, ainsi, effectué de longs séjours au Maroc, au début des années 60, au cours desquels le regretté a bénéficié d’un appui pionnier, politique et matériel à son action« .

Ce rappel fraternel et amical du roi prouve le lien particulier entre les deux pays, alors que les relations diplomatiques sont déjà rompues depuis 9 ans suite à la reconnaissance de la RASD par l’Afrique du Sud. Nelson Mandela s’était pourtant rendu à Rabat lors d’une visite privée un an après la rupture diplomatique de 2004. Pour rendre visite à son ami, le Dr Khatib.

article suivant

Turquie : Erdogan réélu président

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.