Malika Mezzane condamnée à 2 mois de prison ferme pour avoir menacé "d'expulser et égorger les Arabes"

Le tribunal de première instance de Rabat a condamné à 2 mois de prison ferme la militante amazighe Malika Mezzane. Elle avait déclenché la polémique après avoir menacé "d'expulser et égorger les Arabes" qui ne se rallieraient pas à la cause kurde.

Par

En septembre dernier, la poétesse et militante amazighe Malika Mezzane avait provoqué un tollé sur les réseaux sociaux en menaçant « d’expulser et d’égorger les Arabes qui ne soutiennent pas la cause des indépendantistes kurdes ». Poursuivie d’abord pour « menaces« , la militante pro-kurde a été condamnée, mardi, à 2 mois de prison ferme par le tribunal de première instance de Rabat pour « menaces et racisme« , nous apprend son avocat Me Mohamed Almou.

« Nous nous attendions à ce que ma cliente soit relaxée, car les chefs d’accusation retenus contre elle ne sont pas fondés« , s’étonne Me Almou, avant d’expliquer que « Malika Mezzane n’a pas menacé de personnes physiques en particulier. Pour cela, il faudrait pouvoir distinguer les Arabes des non-Arabes« . L’avocat nous a ensuite assuré que sa cliente et lui « comptent faire appel du jugement ».

article suivant

El Jadida : fuite d'une quantité limitée de gaz d'ammoniac au complexe industriel de Jorf Lasfar