Sahara : Köehler se met au travail, et se rendra dans la région

À peine en fonction, l’envoyé personnel d’Antonio Guterres pour le Sahara a déjà rencontré les parties prenantes. Horst Köelher annonce aussi son intention de se rendre dans la région.

Par

L'ancien président allemand Horst Köhler Crédit: AFP

Le nouvel envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Horst Köehler qui a pris ses fonctions le 8 septembre à New York, a d’ores et déjà tenu une série de réunions et de consultations jusqu’au 16 septembre, indique un communiqué du porte-parole de l’ONU. « M. Köehler a rencontré le Secrétaire général, Antonio Guterres, et les hauts responsables des Nations Unies, les représentants des parties et des voisins, et d’États membres« , précise le communiqué, cité par MAP.

Lire aussi : Qui est Horst Köhler, le nouvel émissaire de l’ONU pour le Sahara ?

Le Secrétaire général « s’est félicité de l’intention de son Envoyé personnel de se rendre dans la région« , tout en soulignant « l’importance de cette visite pour relancer le processus politique dans un nouvel esprit et une nouvelle dynamique« . D’après le communiqué, l’ancien président allemand Köehler nommé envoyé personnel en aout « attend avec impatience de se rendre dans la région et de s’engager avec les parties dans un esprit de confiance et de compromis”.

Lire aussi : Décryptage du rapport sur le Sahara : Guterres appelle au « réalisme et au compromis »

Köehler succède succède ainsi à l’Américain Christopher Ross qui avait occupé cette fonction de janvier 2009 jusqu’à avril 2017. Le Maroc avait retiré sa confiance au diplomate américain en 2012, lui reprochant ses « déclarations et ses initiatives inacceptables et contrevenant aux prérogatives de son mandat« .

Malgré une intermédiation de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon pour rassurer le royaume sur « la neutralité, l’objectivité et l’impartialité » des responsables onusiens, les relations entre le Maroc et Christopher Ross ne s’étaient pas améliorées. Le diplomate américain n’était pas parvenu durant les dernières années de son mandat à réunir les différentes parties impliquées dans le différend du Sahara.

 

article suivant

Doléances financières des médecins privés : où en sont les négociations avec le ministère ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.