Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire aux réfugiés Rohingyas

Sur instructions royales, une aide humanitaire d'urgence a été acheminée par le Maroc jusqu'au Bangladesh où sont réfugiés plus de 300.000 Rohingyas, la minorité musulmane de Birmanie qui fait face à un "nettoyage ethnique" selon l'ONU.

Par

Les Rohingyas sont considérés comme "le peuple le plus persécuté du monde". Crédit : AFP

Une aide humanitaire d’urgence a été acheminée le 12 septembre au Bangladesh en vue de soutenir les efforts de ce pays confronté à l’afflux massif de réfugiés issus de la minorité musulmane des Rohingyas, en provenance du Myanmar (Birmanie), annonce le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans un communiqué relayé par MAP.

« L’aide envoyée par le Royaume du Maroc est composée de tentes, de couvertures, de denrées alimentaires de base et de médicaments de première nécessité. Son acheminement a été assuré par voie aérienne, par les Forces armées royales« , souligne le communiqué.

Le cap des 300.000 musulmans rohingyas réfugiés depuis le 25 août au Bangladesh pour fuir les violences en Birmanie a été franchi, a estimé lundi l’ONU, dénonçant un « exemple classique de nettoyage ethnique ».

Le dalaï-lama en personne a exhorté la Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix comme lui, et accessoirement porte-parole de la présidence birmane, à trouver une solution pour les Rohingyas, plus grande population apatride au monde avec un total d’environ un million de personnes.

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira mercredi sur ce dossier, à la demande du Royaume-Uni et de la Suède, a annoncé lundi à New York la présidence éthiopienne en exercice de la plus haute instance des Nations unies.

« On estime à 313.000 le nombre de Rohingyas arrivés au Bangladesh depuis le 25 août », a dit à l’AFP Joseph Tripura, porte-parole du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU. Dimanche, leur nombre était encore estimé à 294.000.

La Maison-Blanche s’est de son côté déclarée lundi « profondément troublée » par la crise des Rohingyas, sans pour autant mettre en cause le gouvernement d’Aung San Suu Kyi.

Le flux de Rohingyas fuyant à pied, dans la boue et la pluie, semble se ralentir ces derniers jours, après un pic la semaine dernière. Mais le Bangladesh fait face à une crise humanitaire, les camps étant surpeuplés.

(Avec MAP et AFP)

Lire aussi : « Nettoyage ethnique » des Rohingyas : quel avenir pour les musulmans birmans ?

 

article suivant

Pour la première fois en une décennie, le coût du risque baisse pour les banques marocaines

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.