L'Agence française de développement va investir près de 900 millions de dirhams dans l'éducation au Maroc

L’Agence française de développement (AFD) a accordé au ministère marocain de l’Éducation nationale un prêt de 80 millions d’euros, accompagné d’un don de 500.000 euros. Objectif : réduire les inégalités face à l’accès à une éducation de qualité, diversifier les parcours scolaires et former les enseignants à la langue française.

Par

L’Agence française de développement (AFD) vient d’accorder un financement de 80,5 millions d’euros, soit près de 880 millions de dirhams au ministère de l’Éducation nationale. Les conventions signées le 22 juin portent sur un prêt de 80 millions d’euros et un don de 500.000 euros.

Les accords ont été paraphés, côté marocain, par les ministres Mohamed Boussaid (Économie & Finances) et Mohamed Hassad (Éducation nationale). La partie française était représentée par Eric Baulard, directeur de l’AFD, et Jean-François Girault, ambassadeur de France au Maroc. Objectif : « Promouvoir la qualité de l’enseignement axée sur trois sujets clefs de la stratégie nationale de l’éducation 2015-2030« , indique une dépêche de l’agence de presse  MAP.

Le premier axe concerne l’égalité des chances d’accès à « une éducation de qualité pour tous les élèves« . Le but est de réduire les inégalités, notamment celles entre les hommes et les femmes, afin de « rehausser le taux de scolarisation des filles au collège de 34 à 42% en milieu rural ».

Le prêt devra permettre également « promouvoir des parcours diversifiés vers l’excellence et l’insertion professionnelle en réponse aux besoins du développement économique et social du Maroc« . Ce qui devrait porter le nombre d’élèves en sections internationales de 12.493 à 77.100 et celui des élèves des filières du baccalauréat professionnel à 30.000 contre 2.700 actuellement.

Autre point: la modernisation de la gouvernance du système éducatif, surtout dans les zones rurales où 8 millions d’euros seront destinés à réhabiliter les vieux bâtiments et construire de nouveaux établissements.

Le don de 500.000 euros financera quant à lui la formation des enseignants, particulièrement en français. Ce chantier fera l’objet d’un partenariat entre les ministères de l’Éducation français et marocain », explique la MAP.

article suivant

Depuis la Côte d’Ivoire et le Sénégal, des MRE gardent le lien avec leur famille