Justice: Voici ce que risque Nasser Zafzafi

Nasser Zafzafi, leader du Hirak d’Al Hoceima, risque entre six mois et trois ans de prison après son attaque contre l’imam d’une mosquée de la ville en plein prêche du vendredi.

Par

Le leader du Hirak Nasser Zefzafi, condamné à 20 ans de réclusion. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Nasser Zafzafi, chef du mouvement contestataire du Rif, risque entre six mois et trois ans de prison pour s’être attaqué, hier vendredi, à un imam d’une mosquée de la ville en plein prêche. Cette peine de prison est assortie selon le Code pénal d’une amende allant de 100 à 500 dirhams.

«Quiconque entrave volontairement l’exercice d’un culte ou d’une cérémonie religieuse, ou occasionne volontairement un désordre de nature à en troubler la sérénité, est puni d’un emprisonnement de six à trois ans et d’une amende de 100 à 500 dirhams », dispose l’Article 221 du Code pénal.

Lire aussi: Nasser Zefzafi attaque sur le terrain des valeurs religieuses

Ces mêmes sanctions sont applicables à ceux de ses compagnons qui étaient présents ce vendredi dans la mosquée, théâtre de cet incident.

Mécontent du contenu du prêche de l’imam, Nasser Zafzafi a arraché le micro des mains de ce dernier pour s’épandre en propos peu amènes à l’égard des « imams des sultans »…

En début de soirée du même jour, le procureur du roi à Al Hoceima a ordonné « l‘arrestation de Nasser Zafzafi pour les besoins de l’enquête et sa présentation devant le parquet« , selon un communiqué publié par la Cour d’appel d’Al Hoceima. Le communiqué explique que le parquet a été « informé d’actes d’entrave à la liberté de religion pendant la prière du vendredi commise par Nasser Zafzafi et d’autres personnes l’accompagnant« .

Le communiqué affirme que le leader du hirak a « empêché l’imam de finir son prêche et a prononcé à l’intérieur de la mosquée un discours dans lequel il insultait l’imam, perturbant le calme et la piété du lieu« .

Lire aussi: Le parquet d’Al Hoceima ordonne l’arrestation de Nasser Zefzafi

Les forces de l’ordre avaient essayé d’interpeller le leader du Hirak, mais ont fait face à une violente résistance des manifestants. Bilan provisoire: plusieurs blessés dans les rangs de la police et des Forces auxiliaires dont trois blessés graves admis à l’Hôpital militaire de Rabat.

Lire aussi: Heurts à Al Hoceima: trois blessés graves du côté des forces de l’ordre

Ce samedi matin, Nasser Zafzafi était toujours introuvable et ses proches lieutenants injoignables. Selon des sources locales, les leaders du mouvement étudieraient l’éventualité que leur chef de file se rende aux autorités.

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui