Le nouveau ministre de l'Intérieur attendu à Al Hoceima ce 10 avril

Abdelouafi Laftit se rend, dans le cadre de son premier déplacement officiel, à Al Hoceima alors que la région est toujours en proie aux tensions sociales.

Par

Crédit : Yassine Toumi / TELQUEL

Abdelouafi Laftit se rend, dans le cadre de son premier déplacement officiel, à Al Hoceima alors que la région est toujours en proie aux tensions sociales.

À peine installé, Abdelouafi Laftit, nouveau ministre de l’Intérieur, est déjà sur le terrain. Le successeur de Mohamed Hassad effectuera son premier déplacement officiel à Al Hoceima ce 10 avril. Une information confirmée par Omar Zerrad élu du PAM de cette localité. « Nous avons été informés de la venue du ministre de l’Intérieur aujourd’hui, mais aucun mot d’ordre n’a été donné« , nous confie le représentant du parti au tracteur.

Les élus locaux de la province ainsi que des représentants de société civile prendront part à cette réunion qui se tiendra à la préfecture d’Al Hoceima. La visite d’Abdelouafi Laftit intervient alors que les manifestations à caractère social s’enchainent dans la ville et sa région.

La dernière en date, organisée par le comité de soutien à Mouhcine Fikri, a eu lieu le 9 avril. Lors de cette marche, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de la ville, brandissant des portraits d’Abdelkrim El Khattabi, pour réclamer des réformes économiques et sociales ainsi que le désenclavement de la province.

Ils réclament aussi des enquêtes concluantes et transparentes sur des dossiers sensibles comme celui de la mort tragique de Mouhcine Fikri ou encore l’affaire des cinq manifestants du Mouvement du 20 février brûlés dans une banque en 2011 pendant des manifestations.

Autre revendication, la libération de toutes les personnes arrêtées au cours des dernières échauffourées enregistrées à Imzouren, Boukidan ou encore Beni Bouyach. Les messages contre « militarisation » de la région d’Al Hoceima ont également refait surface. Ces slogans font référence à un dahir de 1958 plaçant Al Hoceima comme une zone militaire, et qui n’est plus en vigueur depuis 1959.

Les récents déplacements de l’ancien ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, dans la région et l’éviction de Mohamed Zhar de son poste de gouverneur de la province d’Al Hoceima le 28 mars n’ont visiblement pas convaincu les membres du comité de soutien à Mouhcine Fikri d’arrêter les manifestations. Ils ont d’ailleurs annoncé leur intention de les poursuivre jusqu’à ce que leur cahier revendicatif soit pris en compte par les autorités.

Lire aussi : Sur fond de revendications sociales, Al Hoceima attend son plan de développement

article suivant

Bank Al-Maghrib adopte de nouvelles mesures en faveur de l’accès au crédit bancaire