Istiqlal: Le leadership de Hamid Chabat remis en cause

Lors d'une réunion du Comité exécutif de l'Istiqlal, le secrétaire général du parti a vu s’enchaîner les reproches à son encontre. La question de la représentativité au sein du Conseil national du parti a également été au centre des débats.

Par

Hamid Chabat © Yassine TOUMI

Lors d’une réunion du Comité exécutif de l’Istiqlal, le secrétaire général du parti a vu s’enchaîner les reproches à son encontre. La question de la représentativité au sein du Conseil national du parti a également été au centre des débats.

« Un coup d’État« . C’est le terme utilisé par le site d’information Goud.ma pour décrire la réunion du comité exécutif de l’Istiqlal qui s’est tenue ce 2 mars. Une rencontre longue de six heures qui s’est tenue dans un climat tendu selon le site d’information qui en révèle les détails .

Hamid Chabat, dans l’oeil du cyclone

15 des 19 membres du comité exécutif de l’Istiqlal ont assisté à cette réunion où Hamid Chabat a vu s’enchainer les critiques à son encontre. Le zaim du parti de la balance s’est notamment vu reprocher ses propos sur la Mauritanie, son intervention sur la chaine France 24 et l’organisation de réunions régionales.

Lire aussi: Passe d’armes entre la Mauritanie… et Hamid Chabat

Lire aussi: Chabat redoute l’impact de la sortie de Fassi Fihri sur l’Istiqlal

Selon une source interne citée par Goud.ma, des membres du Conseil auraient réclamé la suspension d’Adil Benhamza et la mise à l’écart d’Abdelkader El Kihel. Deux hommes réputés proches de l’actuel secrétaire général du parti.

Lire aussi: A Kenitra, Hamid Chabat règle ses comptes avec ses détracteurs

Représentativité

Les discussions ont également porté sur la question de la représentativité au sein du Conseil national . Certains membres du comité exécutif auraient réclamé que celle-ci soit basée sur les résultats du parti aux élections locales et législatives. Dans son édition du 1er mars, le quotidien Akhbar Al Yaoum révélait que deux ténors de l’Istiqlal, Hamdi Ould Rchid et Abdessamad Kayouh, cherchent à négocier une plus grande représentativité de leurs régions respectives au sein du futur Conseil national du parti.

Lire aussi: Istiqlal: la candidature de Nizar Baraka au poste de secrétaire général se précise

L’actuel maire de Laâyoune a , pour rappel, été élu président de la région Laâyoune-Sakia-Al Hamra à l’issue des élections législatives de 2015. L’ancien ministre de l’Agriculture a vu son père Ali, connu pour être une « grande figure de l’Istiqlal dans le Souss », remporter un siège à Taroudant lors des élections législatives en octobre dernier.

Une candidature qui « inquiète »

Les deux ténors du parti se sont ralliés à une éventuelle candidature de Nizar Baraka à la succession de Hamid Chabat avait indiqué à Telquel.ma une source au sein du parti. Une candidature potentielle qui, selon Goud.ma,  aurait « inquiété et surpris » l’actuel secrétaire général de l’Istiqlal qui souhaite se porter candidat à sa propre succession. Citée par Goud.ma, une source au sein du parti affirme que la question de la représentativité « devra être réglée avant le prochain Conseil national ». Un conseil qui pourrait faire l’objet d’un report à en croire une source au sein de la direction du parti.

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé