Des commerçants sommés d'arrêter de produire et de vendre la burqa

Plusieurs commerçants ont été enjoints de stopper la vente ou la production de burqas au Maroc. Aucune confirmation officielle du ministère de l'Intérieur n'a été donnée jusqu'à présent.

Par

Des Afghanes en burqa. © DR

Se dirige-t-on vers une interdiction de la production et de la vente de burqas au Maroc ? Si aucune communication officielle ne le confirme pour le moment, des notifications écrites et orales adressées aux commerçants, ainsi que les informations relayées par plusieurs sources médiatiques vont dans ce sens.

A Taroudant, une note écrite et signée par le pacha a été envoyée aux commerçants de ce voile intégral originaire d’Afghanistan. « Je vous invite à vous débarrasser du stock que vous avez de cet habit dans les 48 heures après la réception de cette notification« , peut-on lire dans ce document, relayé sur les réseaux sociaux. Si les commerçants n’obtempèrent pas dans les délais impartis, les burqas seront saisies, précise la note. La communication des autorités locales va même plus loin, signifiant « l’interdiction totale de leur production ou commercialisation futures« .

A Casablanca, un caïd (agent d’autorité) a « fait le tour des fabricants de burqas pour les sommer de cesser leur activité » écrit Le360. Pareil pour la ville de Salé, où « le pacha de Hay Rahma a convoqué dimanche soir les vendeurs de burqa pour les notifier de la décision d’interdiction de vente« , explique un commerçant à Al Yaoum24.

La décision est déjà abondamment relayée et commentée dans les milieux islamistes. Abdellah Hamzaoui militant salafiste explique à Telquel.ma que « les autorités n’interdisent pas seulement la burqa, mais le niqab aussi. Ma femme en porte et j’estime que c’est une atteinte à sa liberté« . Il ajoute que « cette décision est affligeante (…) je n’ai jamais vu les autorités interdire la vente ou la fabrication de mini-jupes, une invention occidentale contrairement au niqab qui fait parti de notre culture et qui a été porté par nos grand-mères« .

Pour l’heure, les autorités n’ont pas officiellement annoncé une interdiction de la burqa. Contacté par Telquel.ma, le ministère de l’Intérieur n’a pu être joint dans l’immédiat.

Plusieurs sources médiatiques avancent pour leur part que cette interdiction a été décidée pour « des considérations sécuritaires« . « Certains radicaux utilisent la burqa pour perpétrer des attentats terroristes » écrit Al Yaoum24. Le360 abonde dans le même sens, relevant que des malfrats ont « à maintes reprises utilisé ce vêtement (vendu entre 50 et 60 DH) pour perpétrer leurs crimes« . Ce à quoi Abdellah Hamzaoui rétorque : « il y a les contrôles d’identité. Au Maroc, on n’a jamais connu des cas d’attentats ou de crimes où une personne était habillée avec un voile intégral ».

Notification écrite du Pacha à Taroudant. © DR

Notification écrite du pacha à Taroudant. © DR

article suivant

Agression d'une élève à Khouribga : après une vague de soutien au professeur, le père retire sa plainte

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.