Une conférence de l'AMDH interdite à Témara

Une conférence de l'AMDH sur l'enseignement public été interdite à Témara. L'association a adressé, le 24 octobre, une lettre de protestation aux autorités locales.

Par

Crédit : Rachid Tniouni

L’Association marocaine des droits humains (AMDH) a été, une nouvelle fois, interdite d’exercer ses activités par les autorités locales. Une conférence sur « l’avenir de l’enseignement public à l’aune de la nouvelle rentrée scolaire », censée se tenir le 22 octobre à 16 heures au centre culturel de Témara, a été interdite par les autorités, d’après l’ONG.

« Le jour de la conférence, nous avons trouvé le centre culturel fermé. Des éléments des forces de l’ordre l’encerclaient pour nous empêcher d’y accéder », nous confie Houcine Boushabi, membre de la section Témara de l’AMDH.

« Le responsable du centre culturel avait, dans un premier temps, expliqué qu’il fallait simplement payer la location de la salle auprès du service de la trésorerie de la municipalité. Mais, par la suite, la municipalité nous a demandé le récépissé de l’association. Une fois cette démarche accomplie, nous avons obtenu notre reçu de paiement », détaille Boushabi. Seulement, le jour de la conférence, « les intervenants et les membres de l’association ont trouvé la salle du centre fermée », poursuit-il.

Le militant qualifie cette mesure d’« interdiction voilée », et confirme que cette réunion a été délocalisée au siège du Parti socialiste unifié (PSU). L’AMDH a envoyé une lettre officielle de protestation aux autorités locales.

Depuis 2014, plus d’une quarantaine d’activités de l’association ont été interdites. Le bras de fer entre le ministère de l’intérieur et l’AMDH remonte à juin 2014. Dans un passage au Parlement, le ministre de l’intérieur Mohamed Hassad a critiqué les associations des droits de l’homme qui recevaient des aides financières extérieures. Depuis, plusieurs activités de l’AMDH ont été systématiquement empêchées par le ministère de l’Intérieur. Certaines de ces interdictions ont été condamnées par la justice.

 

article suivant

118 établissements scolaires fermés pour contamination au Covid-19, et 413 élèves positifs depuis la rentrée