Deux agents d’autorité « agressés » par des sympathisants du PJD

Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, deux agents d’autorité ont été « grièvement blessés » suite à des « agressions perpétrés par des sympathisants du PJD ».

Par

Crédit : Rachid Tniouni

Deux agents d’autorité à Kénitra et à Berkane ont été grièvement blessés dans des agressions perpétrées, le 3 octobre, par des « sympathisants du PJD », affirme un communiqué du ministère de l’Intérieur relayé par la MAP. La même source précise que le chef de la circonscription urbaine de Saknia à Kénitra a été transporté dans un état comateux à l’hôpital de Rabat, alors qu’une enquête a été ouverte sous la supervision du parquet compétent. L’agression a eu lieu, selon l’Intérieur, après que l’agent d’autorité a essayé d’intervenir pour formuler à des sympathisants du PJD le « caractère illégal d’un rassemblement non déclaré ».

Une agression similaire aurait également eu lieu à Berkane, perpétrée par des sympathisants du PJD à l’encontre du chef de la circonscription urbaine de la ville. L’agent a été grièvement blessé par des partisans du PJD qui « étaient en train d’organiser un rassemblement non déclaré ». La « victime a été évacuée vers l’hôpital provincial de Berkane », ajoute la même source.

La tension est vive en cette période de campagne électorale entre le PJD et le ministère de l’Intérieur. Dimanche, Abdelilah Benkirane avait ouvertement critiqué ce qu’il qualifie de manque de neutralité de certains « agents d’autorité ».

De leur côté, des membres du secrétariat local du PJD à Kénitra ont nié avoir été derrière l’agression contre l’agent d’autorité, rapportent nos confrères de Hespress. « Le chef de la circonscription urbaine est venu, accompagné de plusieurs caïds, pour interdire une rencontre interne du PJD consacrée à la formation des observateurs » a déclaré Roukaya Ramid, avocate et dirigeante du PJD chargée du suivi juridique de la campagne électorale. Celle-ci a poursuivi en affirmant que cette personne s’est « volontairement jeté par terre tout en ordonnant à une caïd de passer plusieurs appels téléphoniques ». Concernant les mêmes accusations, dont le PJD a fait l’objet à Berkane, le secrétariat local du parti de la lampe à Berkane a adressé une lettre au gouverneur de la province. Une lettre dans laquelle le PJD a affirmé avoir observé « certaines actions indignes des autorités administratives qui devraient, au contraire, respecter une neutralité positive et se tenir à égale distance entre tous les partis. »

article suivant

Hammouchi a reçu le chauffeur du triporteur agressé par un policier

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.