Khalid Naciri: «Nabil Benabdellah ne visait aucunement la monarchie»

Khalid Naciri, ancien ministre et membre du bureau politique du PPS, revient pour Telquel.ma sur le communiqué royal au ton très critique à l'égard de Nabil Benabdellah, SG du parti.

Par

Khalid Naciri Crédit: Yassine Toumi / TELQUEL

Clarifier la situation. C’est le mot d’ordre dans les rangs du Parti du progrès et du socialisme (PPS) suite au communiqué du cabinet royal qui accuse Nabil Benabdellah, le secrétaire général du parti, de s’attaquer au conseiller royal Fouad Ali El Himma. Pour Khalid Naciri, membre du bureau politique du PPS et ancien ministre de la Communication, « cette situation peut paraître difficile, mais nous en avons longuement parlé », lors de la réunion du bureau politique tenue le 14 septembre jusqu’à une heure tardive dans la soirée, nous assure-t-il.

« Notre communiqué n’apporte pas de jugement par rapport au communiqué royal. Nous voulions clarifier notre position et éviter un faux débat, à savoir que le PPS respecte l’institution monarchique, ainsi que toutes les institutions du royaume (…) Il n’y a aucun doute sur le fait que l’institution monarchique est entourée d’un halo de respect  », poursuit-il.

À la question de savoir s’il y a des dissensions internes au sujet du secrétaire général du parti, Khalid Naciri estime que le PPS est « unanime », et assure qu’« il n’y a pas de divergences entre le parti et son secrétaire général. Les déclarations de Benabdellah sont d’ordre politique et viennent dans un contexte électoral précis. Ses déclarations ne visaient aucunement la monarchie ou ses serviteurs. »

Pourtant, Nouzha Skalli, députée PPS à la Chambre des représentants et ancienne ministre du Développement social et de la famille, ne partage pas l’avis du bureau politique. Elle s’est « félicitée de l’appréciation politique du communiqué royal » lors de son intervention le 14 septembre sur la chaîne 2M. Interrogé sur à cette sortie médiatique, l’ancien ministre de la Communication estime que « la position de Nezha Skalli est respectable, elle a toujours émis une réserve à s’allier avec le PJD et ce depuis longtemps. De plus elle ne fait plus parti du bureau politique du parti ». Si le parti affiche son soutien à Benabdellah, qu’en est-il de l’avenir politique du patron du PSS ? Pour Naciri « la question ne se pose pas pour le moment. »

article suivant

PLF et nomination d'ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI