Le PPS répond au communiqué du cabinet royal

Le PPS a publié un communiqué dans lequel la formation du livre affiche en filigrane un soutien à Nabil Benabdellah.

Par

Le minitre de l'Habitat et de la Politique de la ville
Nabil Benabdallah, SG du PPS. Crédit: Yassine Toumi/TELQUEL

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), dont le secrétaire général Nabil Benabdellah fait l’objet de critiques de la part du cabinet royal, a émis un communiqué mercredi 14 septembre tard dans la soirée dans lequel le bureau politique de la formation distille en filigrane un soutien au chef de la formation tout en insistant sur le « respect total  » des institutions et «  à leur tête l’institution monarchique  ».

Lire aussi : Un communiqué du cabinet royal accuse Benabdellah de cibler El Himma

Le bureau politique du PPS estime «  qu’en ce qui concerne ce qui a trait à la vie politique, le secrétaire général en sa qualité de porte-parole de la formation exprime les positions du parti, considérées comme normales dans les sociétés démocratiques et s’inscrivant dans le cadre de la compétition partisane naturelle, le débat d’idées, l’expression d’opinions et de positions dans le cadre de l’évolution démocratique de notre pays  ».

Un peu plus loin, le bureau politique explique « qu’il n’était aucunement dans l’intention du Parti du progrès et du socialisme et de son secrétaire général d’impliquer l’institution monarchique » dans des querelles partisanes, en référence aux déclarations accordées à Al Ayam et qui ont valu au SG un sévère recadrage du cabinet royal.

La formation du livre estime que «  le PPS travaille depuis sa création à défendre l’indépendance, l’intégrité territoriale, la construction de l’Etat démocratique et la promotion de la justice sociale dans le cadre du respect total des constantes de la Nation et des institutions établies par la Constitution du royaume du Maroc, et à leur tête l’institution monarchique à laquelle nous vouons la plus haute considération et la fidélité la plus totale  ».

Dans son communiqué, le bureau politique du PPS affiche sa cohésion en expliquant qu’il « restera, eu égard à son référentiel, son militantisme et l’indépendance de sa décision partisane, fidèle à cette ligne politique , en tant qu’entité partisane solidaire ». Et d’énumérer les différentes institutions du parti : comité central, secrétariat général, bureau politique, conseil de la présidence et les bases militantes.

Rappelons que le cabinet royal a fermement recadré Nabil Benabdellah dans un communiqué publié le 13 septembre, qualifiant de récentes déclarations du patron du PPS de dangereuses et de « diversion politique », lui reprochant des propos ciblant, sans le nommer, un conseiller royal .

Le journal Al Ayam avait publié une interview dans laquelle le chef du parti du livre déclarait : « Notre problème n’est pas avec le PAM comme parti, mais avec celui qui est derrière et qui personnifie le tahakoum  », une référence au conseiller royal Fouad Ali El Himma. Le journal avait publié une précision le 8 septembre, le lendemain de la parution du journal, dans laquelle il explique que le SG du PPS évoquait « les fondateurs », et non «  le fondateur » du parti du tracteur. Une précision reprise par le site officiel du PPS.

Le communiqué du cabinet royal a pour sa part fustigé la sortie du secrétaire général du PPS : « Les récentes déclarations de Nabil Benabdellah […] (sont) un outil de diversion politique en période électorale (…) Cette période électorale requiert de s’abstenir d’utiliser des concepts qui portent atteinte à la réputation de la patrie et à la crédibilité des institutions dans une tentative de gagner des voix et sympathie des électeurs (…) Ces déclarations sont en contradiction avec les dispositions de la constitution et les lois qui encadrent la relation entre l’institution monarchique et toutes les institutions et les instances nationales y compris les partis politiques ».

article suivant

Un premier suspect arrêté dans l'affaire des viols présumés sur les saisonnières marocaines

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.