Amnesty International réitère son appel au gouvernement pour l'abolition de la peine de mort

Le directeur général d’Amnesty International - pôle Maroc - Mohamed Sektaoui, a appelé le gouvernement à voter en faveur de la résolution onusienne concernant un moratoire sur la peine de mort.

Par

Mohamed Sektaoui directeur général d’Amnesty International Maroc (Archives). Crédit: AIC Press

Mercredi 6 avril, le directeur général d’Amnesty International au Maroc, Mohamed Sektaoui, a appelé le gouvernement à statuer en faveur de l’abolition de la peine de mort, indique la MAP. Tenant une conférence de presse à Rabat pour présenter le rapport mondial 2015 d’Amensty International, Sektaoui a également plaidé pour l’abrogation de «tous les signes afférant à la peine de mort dans le code pénal

Selon le rapport d’Amnesty International, le Maroc occupe une «bonne position» parmi les pays de la région MENA en termes de condamnations à mort prononcées en 2015. En tout, 9 condamnations sont à décompter en ce qui concerne le Maroc, dans une région ou 831 sentences capitales ont été prononcées durant l’année.

Abderrahim Jamai, coordinateur de la Coalition marocaine contre la peine de mort, expliquait fin février qu’au Maroc, «des verdicts à la peine capitale continuent d’être prononcés et des détenus sont condamnés à la peine de mort», tout en expliquant  que «l’opinion publique, avec en tête les avocats, plaide pour l’abolition de cette peine.» Si des peines de mort continuent d’être prononcées au Maroc, un moratoire est appliqué de facto depuis 1993 et le royaume est perçu au sein de la communauté internationale et par des ONG comme l’un des pays arabes susceptibles de franchir le pas de l’abolition, rappelle l’AFP.

Lire aussi : Une pétition adressée à Mohammed VI demande la peine de mort pour les pédophiles

«Le recours à la peine capitale a considérablement augmenté en 2015 dans la région MENA» a indiqué Mohamed Sektaoui, tout en précisant que le nombre total des exécutions recensées a grimpé de 26% par rapport à 2014, tandis que les condamnations à mort ont affiché une hausse de 6%.

Sur le plan international, le nouveau rapport d’Amnesty International fait état d’une «hausse importante, dont le nombre n’a jamais été aussi élevé depuis 27 ans.»

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée