Raihani : "Nous n'avons pas une grande marge de manœuvre sur les prix" à la pompe

Raihani : "Nous n'avons pas une grande marge de manœuvre sur les prix" à la pompe

Mohammed Raihani, directeur général de Vivo Energy Maroc, distributeur de carburants, signe une dernière sortie médiatique avant son départ prévu le 1er avril.

Par

Crédit : Vivo energy

Mohammed Raihani, directeur général de Vivo Energy Maroc, distributeur de carburants, signe une dernière sortie médiatique avant son départ prévu le 1er avril.

« C’est quoi la Samir, déjà ? », plaisante Mohammed Raihani, directeur général de Vivo Energy Maroc, ce 24 mars, en réponse à une question posée par un confrère à l’occasion du lancement d’un nouveau carburant diesel, V-power. Avant de surenchérir : « Nous pouvons passer des commandes et, en 5 ou 6 jours, recevoir des bateaux. Le pétrole dépasse la demande, il y en a partout dans le monde ! ». Le directeur général de Vivo Energy s’est livré une dernière fois au jeu des questions réponses. Son départ est programmé pour le 1er avril.

Pourquoi la baisse des cours du pétrole ne se ressent pas au niveau national ?

Le prix est composé de trois choses très importantes : le prix du baril à l’international qui représente 42%, la taxe de consommation intérieure de consommation qui correspond à une valeur entre 39 à 40% et 10% de la TVA. Avec le gérant, nous nous partageons entre 9 à 10% du prix final. Nous n’avons pas une grande marge de manœuvre. Nous avons aussi l’obligation de garder un stock stratégique de 30 jours, qui coûte de l’argent. Mais depuis quatre mois, le Marocain a bénéficié de la baisse du cours du pétrole : nous avons fait le calcul l’autre jour et le consommateur marocain bénéficie d’une baisse de 200 à 300 dirhams sur l’estimation de deux pleins par mois.

Quelle politique de prix appliquez-vous depuis la libéralisation du marché en décembre dernier ?

Cela fait quatre ans et demi que les quinze opérateurs du marché marocain opèrent avec beaucoup de sagesse. Nous avons maintenu un certain respect de l’ancienne structure des prix. Nous sommes conscients de la « baraka » que le pays a eu concernant le prix du baril, en baisse depuis plus d’un an. Et le consommateur a profité de ces prix-là. La libéralisation a été une opportunité pour nous mais aussi pour nos concurrents. Chaque opérateur a pu offrir un plus par rapport aux autres. Nous, à travers la qualité de nos produits, de nos services et de nos restaurants partenaires (Vivo energy Maroc est partenaire d’une célèbre enseigne de la restauration rapide depuis octobre 2015, ndlr)

Concrètement comment vous vous positionnez par rapport à la concurrence ?

Franchement, ça fluctue. Aujourd’hui, nous sommes peut-être un ou deux centimes plus cher qu’un des concurrents et probablement cinq ou six centimes moins cher qu’un autre. Nous n’avons pas de politique claire à ce sujet. La qualité est notre moteur.

 Lire aussi : Carburants: Vivo Energy Maroc prévoit d’investir 963 millions de dirhams

article suivant

Algérie : 15 et 12 ans de prison pour les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.