Le cortège de Ban Ki-moon attaqué par des jets de pierre a Tindouf

L'incident a eu lieu lors de la visite du secrétaire général de l’ONU à Tindouf, le 5 mars.

Par

Ban Ki-moon a Tindouf. Crédit Keystone

Arrivé le 5 mars à Tindouf pour essayer de relancer le processus de négociations entre le Maroc et le Polisario, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon n’imaginait pas que son cortège allait être attaqué à coups de pierres par des jeunes sahraouis comme le rapporte le site d’information suisse 24heures.ch. «Le secrétaire général de l’ONU a pu voir par lui-même que la situation sur le terrain demeurait explosive», souligne le site d’information.

Lire aussi: Sahara: Que pensent les pays de l’Onu du conflit ?

La même source explique que ces attaques ont eu lieu alors que Ban Ki-moon devait rencontrer des jeunes sahraouis dans une école. Il a finalement «dû rebrousser chemin et remonter à bord de son hélicoptère protégé par un lourd dispositif de sécurité». Ces attaques à la pierre ont pour  origine un incident impliquant «une jeune femme [qui] aurait été renversée et blessée aux jambes par un véhicule de la mission des Nations Unies au Sahara occidental (MINURSO) entraînant aussitôt une réaction de colère et des jets de pierre» selon le média suisse.

Lire aussi: Sahara: le Maroc et l’ONU au bord de la rupture ?

Les versions concernant cet incident divergent d’après la même source. Quand Alger explique que cet incident témoigne «de l’exaspération des populations qui n’en peuvent plus d’attendre le référendum d’autodétermination promis par l’ONU», Rabat affirme que ces «incidents auraient démarré alors que des jeunes Sarahouis essayaient de remettre une lettre à Ban Ki-moon». Et de conclure que cette tentative a été «violemment repoussée par les milices du Polisario».

Lire aussi: 10 choses surprenantes que vous ne saviez pas sur le Sahara