Réforme des retraites: quelle est la meilleure solution?

Si rien n’est fait, dans quelques années, les caisses de retraites ne pourront plus assurer le paiement des pensions. Mais quoi faire ?

Par

Le Maroc comptera de plus en plus de personnes âgées. Crédit : hnhiri/Pixabay.

Le 12 février, le forum des retraites qui s’est tenu à Rabat a rassemblé des dizaines de démographes, économistes, statisticiens et autres experts des retraites, marocains et étrangers. Tous sont convaincus de l’importance d’augmenter la couverture sociale des travailleurs. Mais le défi est de taille, d’autant plus que la population marocaine est vieillissante et donc, que l’augmentation du nombre de retraités est plus importante que celle du nombre de travailleurs (cotisants). D’après les projections du Haut commissariat au plan (HCP), le Maroc comptera plus de 10 millions de personnes de plus de 60 ans en 2050, contre 3,2 millions aujourd’hui, d’après le dernier recensement.

magnani structure de la population

Aujourd’hui, les caisses de retraites marocaines réussissent à cumuler des réserves mais celles-ci sont destinées à baisser. Si rien, n’est fait, elles seront déficitaires dans à peine quelques années. Non seulement ce déficit mettra en péril la couverture des personnes âgées, mais il aura aussi des conséquences sur l’économie nationale, puisque l’épargne nationale va diminuer, entraînant une baisse de l’investissement, et donc, de la croissance. Mais alors, quoi faire ? Quand il s’agit de réformer le système de retraite, en général, on pense à trois solutions : augmenter l’âge de départ à la retraite (et donc augmenter la période de cotisation et diminuer celle de pension), augmenter les taux de cotisations, ou bien diminuer le montant de la retraite (appeler taux de remplacement).

Si rien n’est fait : la catastrophe

L’économiste Ricardo Magnani a réalisé, en collaboration avec le HCP, une étude sur les effets du vieillissement de la population marocaine sur la situation financière du système de retraite. Cet expert en système de retraite montre les conséquences des différentes réformes possibles.

Premier scénario : rien n’est fait

Si le système actuel n’est pas réformé, le pourcentage de personnes couvertes augmentera à peine (31,5 % en 2050 contre 30 % aujourd’hui), le ratio nombre de retraités / nombre d’affiliés va exploser et le ratio dépenses/PIB aussi.

Ratio nombre de retraités/affiliés :
CNSS CIMR CMR RCAR
2010 0,179 0,461 0,380 0,842
 2050 0,465 1,137 0,987 1,369[/encadre]
 

Quand ce ratio est égal à 1, cela signifie qu’il y a autant de retraités que d’affiliés. Quand il est inférieur à 1, cela signifie qu’il y a plus de retraités que d’affiliés.

magnani scenario un

magnani deficitSi rien n’est fait, le total des réserves de l’ensemble des caisses de retraite sera négatif à partir de 2032 (dès 2023 pour la CNSS, à partir de 2029 pour la CMR, en 2050 pour la RCAR et toujours positives en 2050 du côté de la CIMR). D’après ces projections économiques, ce déficit ferait chuter le ration investissements/PIB de 36 % aujourd’hui à 26 % en 2050.

Age de départ, cotisation, montant des pensions… différentes réformes possibles

Deuxième et troisième scénarios : augmentation des taux de cotisations et diminution du montant des retraites

Dans le deuxième scénario, on décide d’augmenter les taux de cotisations pour sauver le système. Ils passeraient de 11,9 % à 47 % pour la CNSS, de 12,9 % à 18,4 % pour la CIMR, de 20 % à 58,5 % pour la CMR, et de 18 % à 75,7 % pour la RCAR.

Dans le troisième scénario, on décide de diminuer le montant des pensions distribuées pour sauver le système actuel. Ce montant baisse par exemple de 18,7 % pour la CNSS et de 4,9 % pour la CIMR. Pour Riccardo Magnani, l’analyse de ces deux réformes dites paramétriques, confirme la non soutenabilité du système et de toute façon, elles sont « impossibles à mettre en place au niveau politique et économique », estime-t-il.

Quatrième scénario : Extension de la couverture à tous les nouveaux travailleurs

D’après ce scénario, le taux de couverture passera à 86,8 % en 2050 et le ratio dépenses/PIB sera de 7,2 % en 2050, soit, à peine plus bas que si rien n’est fait. Mais cette solution permet de baisser considérablement le déficit agrégé (2 % au lieu de 5 %, comme l’illustre le deuxième graphique situé plus haut dans l’article).

Cinquième scénario : Augmentation de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans

Avec ce scénario, le ration nombre de retraités/nombre de travailleurs couverts est de 67,9 % en 2050, contre 69,3 % à la même date si rien n’est fait (et 29,4 % en 2010). Le ratio dépenses/PIB est à peine amélioré (7,8 % en 2050 contre 7,7 % à la même date si rien n’est fait). « Les effets de cette réforme sont très faibles », résume Riccardo Magnani.

Sixième scénario : Augmentation du taux d’activité des femmes (au même niveau que celui des hommes)

C’est la solution la plus avantageuse économiquement, d’après l’étude de Riccardo Magnani. Le ratio dépenses/PIB serait de 6,2 %. C’est donc la seule solution analysée qui permet de baisser ce ratio, d’après les projections de l’économiste. Aussi, il permet d’augmenter le ratio cotisations/PIB, très faible aujourd’hui. Pour avoir un ordre d’idées, il est de 3 % aujourd’hui au Maroc, contre environ 10 % dans les pays européens. Bien sûr, ce scénario est conditionné par des politiques publiques permettant l’intégration des femmes sur le marché du travail. Mais cette solution, en plus de rendre pérenne le système, a évidemment pour avantage d’augmenter le nombre de personnes couvertes et l’activité des femmes.

2010 2050 si rien n’est fait 2050 scénario 2 2050 scénario 3 2050 scénario 4 2050 scénario 5 2050 scénario 6
dépenses/PIB 3,0 % 7,7 % 7,2 % 7,8 % 6,2 %
cotisations/PIB 3,2 % 2,6 % 5,1 % 2,6 % 3,4 %
déficits/PIB -0,2% 5,1 % 2,1 % 5,2 % 2,8 %
investissements/PIB 36,3% 26 % 27,5 % 28,0 % 24,7 % 25,8 % 29,4 %
croissance du PIB 5,4 % 1,80 % 1,84 % 1,89 % 1,83 % 1,82 % 2,92 %
taux de chômage 9,3 % 5,6 % 6,8 % 5,3 % 5,6 % 5,6 % 7,0 %[/encadre]
article suivant

Elizabeth II et son royaume font leurs adieux au prince Philip