Benkirane: «La grève ne résout pas les problèmes»

Lors d’une intervention au forum des retraites, le chef du gouvernement a assuré qu’il restait ouvert au dialogue avec les syndicats.

Par

Abdelilah Benkirane
Crédit : World Economic Forum

Abdelilah Benkirane est intervenu lors du forum des retraites qui se tient ce 12 février à Rabat. L’occasion pour le chef du gouvernement de revenir sur la grève générale prévue le 24 février pour manifester contre la réforme des retraites (des fonctionnaires notamment) qu’il a engagée.

Lire aussi : Les syndicats se mobilisent contre la réforme des retraites

Il a une énième fois rappelé la nécessité de réformer le système de pension. « Au plus tard en 2023 les caisses de retraite seront vides », a alarmé le secrétaire général du PJD, qui a précisé qu’en 2015 les caisses avaient perdu 3 milliards de dirhams et que cette somme devrait atteindre 6 milliards de dirhams cette année.

Lire aussi : Retraites civiles: déficit de 135 milliards de dirhams en 2023

Quelle solution trouver si ce n’est augmenter l’âge de la retraite et/ou le montant des cotisations ? En tous cas, pour lui, « la grève ne résout pas les problèmes ». « Je n’ai pas d’opium pour faire passer la pilule, qui, il est vrai, est très très dure à avaler », s’est justifié Abdelilah Benkirane. Et d’ajouter : « A chaque fois les syndicats me sortent des arguments que je ne comprends pas. Le problème, ce sont les acquis. Mais tous les États raisonnables reviennent sur leurs acquis ».

Alors que son allocution était terminée, le chef du gouvernement est quand même revenu à la tribune pour lancer un appel aux syndicats : « Si les syndicats proposent une solution qui résoudra le problème, je l’accueillerai bras ouverts »« Je reste ouvert au dialogue », a-t-il conclu.

 

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui