Les commerçants appellent au boycott de Centrale Danone

Des associations de commerçants appellent au boycott des produits de Centrale Danone les 1 et 2 janvier 2016 pour protester contre "les pratiques" de l'entreprise.

Par

L’Alliance Nationale des Commerçants du Maroc (ANCM) et l’Instance Nationale des commerçants et professionnels du Maroc signent un appel commun au boycott des produits de Centrale Danone les 1 et 2 janvier prochains. Les deux associations motivent leur démarche par le souci de restauration de la dignité des commerçants et pour protester contre les pratiques de la filiale marocaine de Danone.

Les commerçants dénoncent les augmentations successives des prix opérées par Centrale Danone alors que leurs marges restent faibles. Ils reprochent également  à la société « son refus de remplacer ses produits impropres à la consommation et périmés« .  La filiale de l’entreprise française se serait même jouée, selon les commerçants, avec la taxe de droits de timbre (taxe sur les paiement en cash).

Sur les réseaux sociaux, les commerçants montent à la charge en incitant les commerçants des différentes villes du Maroc à répondre à l’appel de boycott tout en insistant sur le refus de toute discussion avec les responsables de l’entreprise jusqu’à la fin de la grève.

Incompréhension et démesure

De son côté, Centrale Danone ne comprend pas cet appel au boycott. Un responsable, que Telquel.ma a réussi à joindre, déclare que « la démarche est démesurée. Toutes les raisons qu’ils évoquent, dont certaines sont  d’ailleurs fallacieuses, ne justifient pas un appel au boycott« . Pour l’entreprise, ce qui a provoqué l’ire des commerçants c’est l’application de la loi sur les droits de timbre. « Depuis une dizaine de jours, les commerçants devaient s’acquitter des droits de timbre sur les factures payée en cash« , affirme le responsable à Centrale Danone qui estime que l’entreprise ne fait qu’appliquer la loi. Il affirme également avoir sensibilisé les commerçants quant à cette échéance inévitable. S’agissant des autres griefs, Centrale Danone réfute catégoriquement l’argument des augmentations en affirmant qu’il n’y en a eu aucune en 2015. L’entreprise, a toutefois préféré ne pas s’avancer sur les aspects qui concerne sa stratégie commerciale à savoir la marge et le remplacement des produits périmés. « Il appartient à chaque opérateur d’appliquer la stratégie commerciale qui lui convient. Centrale Danone dispose de sa mécanique commerciale qui est ce qu’elle est. Malgré cela on se charge bon an mal an de compenser les pertes des commerçants quand il y en a« , conclut le responsable.  Le bras de fer entre Centrale Danone et son réseau de commerçants n’a pas fini de faire parler de lui.