Le Maroc va "boycotter les sociétés suédoises"

Le Maroc a officiellement réagi au projet suédois de reconnaître le polisario, révélant une « guerre économique » de ce pays scandinave contre le Maroc qui ne compte pas se laisser faire.

Par et

A gauche, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. A droite, le premier ministre suédois, Stefan Löfven
A gauche, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. A droite, le premier ministre suédois, Stefan Löfven

C’est officiel. Le Maroc a annoncé à travers le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Mustapha El Khalfi, un « boycott des sociétés suédoises », lors d’un point de presse à l’issue du Conseil du gouvernement qui s’est tenu jeudi 1 octobre.

Il s’agit du premier commentaire officiel du gouvernement marocain depuis l’annonce du projet de la Suède de reconnaître le polisario. Pour Mustapha El Khalfi, le problème n’est pas politique seulement, mais aussi économique. «  La Suède a déclaré une guerre économique au Maroc en appelant au boycott aussi bien des sociétés marocaines que les sociétés étrangères qui ont des relations avec le Maroc », a-t-il déclaré, annonçant que le Maroc a décidé « la réciproque en boycottant les sociétés suédoises » à son tour, ajoutant que la Suède a plus à y perdre dans la mesure où « la balance commerciale est déséquilibrée » en faveur du pays scandinave.

Lire aussi : Exclusif. Volvo contraint de quitter son siège à Casablanca

Le ministre a ensuite expliqué que le Maroc tente « depuis un moment » de résoudre ce problème, mais il s’est avéré que la Suède « persiste dans cette voie en conduisant une campagne contre le Maroc et ses intérêts notamment en Union européenne ».

Mustapha El Khalfi a ajouté que le pays scandinave « soutient financièrement des organisations hostiles au Maroc  ». Le royaume est «  sûr de lui et de (ses) réformes politiques dans les domaines des libertés, des droits de l’Homme et la mise en place d’une régionalisation avancée », a-t-il poursuivi, rappelant la « position de la communauté internationale » qui considère que la proposition marocaine d’autonomie au Sahara est « sérieuse et crédible ».

Le porte-parole du gouvernement a révélé « plusieurs rencontres » à New York entre le ministre marocain des Affaires étrangères et son homologue suédoise, en marge de la 70e  Assemblée générale des Nations Unies. Salaheddine Mezouar y a exprimé « l’indignation du Maroc concernant le comportement de la Suède  ».

Lire aussi : L’ambassade de Suède réagit à l’affaire de la reconnaissance du Polisario

Lors du point de presse, El Khalfi a toutefois exprimé le souhait du royaume que la Suède « revoit sa position » tout en insistant sur le fait que le Maroc ne va pas tolérer que sa « stabilité, son unité territoriale et ses intérêts commerciaux » soient menacés.

 

article suivant

En conflit avec ses pilotes, la RAM annonce l’annulation de 10 vols

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.