Chantage Royal: Un premier enregistrement "retravaillé" mais "authentique"

Le premier enregistrement des discussions entre Hicham Naciri et Eric Laurent aurait été "retravaillé”. Mais la bande sonore est qualifiée d’ « authentique » par un laboratoire.

Par

Les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet, et l'avocat du roi Hicham Naciri

Selon une information de France Inter, le premier enregistrement de la conversation entre l’avocat marocain Hicham Naciri et Eric Laurent, accusé de tentative d’extorsion de fonds et de chantage à l’égard du royaume, a été retravaillé. «La police technique et scientifique a livré une première expertise de l’enregistrement, remis sur clé USB, du premier entretien entre le journaliste Eric Laurent et l’avocat du royaume du Maroc. Selon l’expert, l’enregistrement n’est pas « une simple conversion » d’Iphone, il a subi un « post-traitement impossible à préciser »», indique ainsi France Inter.

Entendu par la police, l’avocat marocain, Me Naciri, avait reconnu, selon France Inter, que l’enregistrement réalisé le 11 août avait été « travaillé », pour améliorer la compréhension. Il n’avait pas conservé le fichier original.

Contactée par Telquel.ma, une source proche du dossier affirme  que « la police a transmis l’enregistrement à un laboratoire de référence pour examen ». A l’issue de l’examen ce laboratoire a conclu «  de manière formelle que celui-ci était authentique ». Cet examen avait pour but d’«améliorer le son » et non la «compréhension» de l’enregistrement selon la même source.

Le premier rendez-vous, et notamment le début de la discussion entre les deux protagonistes est un élément clé de l’affaire : il permet de comprendre qui de Hicham Naciri ou d’Eric Laurent, parle en premier de transaction financière.

France Inter, qui semble s’être entretenu avec les avocats des deux parties, relaie : «Pour la défense d’Eric Laurent, l’expertise fragilise une des pièces maîtresse de l’accusation. Mais en garde à vue, Eric Laurent a confirmé une bonne partie des propos tenus. La défense conteste aussi la validité juridique de l’enregistrement lors du dernier rendez-vous sous l’œil des policiers, mais toujours réalisé par l’avocat du Maroc, Hicham Naciri. La cour d’appel devra se prononcer sur la validité du procédé.».

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste