Ali Anouzla: «Lakome2 gardera la même ligne éditoriale que son prédécesseur»

Un revenant dans la famille de la presse électronique. Le journaliste Ali Anouzla s’apprête à lancer la deuxième édition du portail Lakome.

Par

Ali Anouzla

Après deux ans d’inactivité, Ali Anouzla revient avec la nouvelle édition de Lakome, nommée Lakome2.com. Sur le site, on peut déjà trouver un compte à rebours du lancement prévu le 10 août prochain. On y découvre aussi une vidéo teaser faisant la promotion du nouveau site d’information.

Contacté par Telquel.ma,  Ali Anouzla a indiqué que Lakome2 gardera « la même ligne éditoriale que son prédécesseur ».  Le site d’informations devrait comporter des reportages, des interviews et des enquêtes. Il fera également la part belle au format vidéo dont l’ancien journaliste d’Hespress, Rachid El Belghiti, sera responsable.

Lire aussi:  Presse. Anouzla est libre… ou presque

Qu’en est-il des sujets liés au terrorisme qui  avaient mené à la fermeture du premier Lakome ? Pour Ali Anouzla, la couverture des événements liés au terrorisme « rentre parfaitement dans le travail professionnel du journalisme, c’est-à-dire l’information ». Le journaliste fait d’ailleurs remarquer que plusieurs sites et  journaux marocains ont publié la lettre du leader de l’organisation terroriste Daech où il appelle les jeunes marocains au jihad dans leurs pays. Il note aussi que 2M « a diffusé une vidéo de la même organisation lors de l’exécution du journaliste américain James Foley, et personne n’a été poursuivi ». Un exemple qui illustre l’attitude du « deux poids deux mesures pratiqué par les autorités marocaines » selon lui.

Lire aussi: Quand Ross se plaignait d’un article de Lakome au gouvernement marocain

A noter que, pour le moment, Ali Anouzla est le seul actionnaire de la société derrière le nouveau Lakome. « J’ai eu plusieurs offres d’amis et d’hommes d’affaires que je respecte pour que je relance Lakome, mais je n’ai pas voulu les embarquer avec moi dans une aventure incertaine. Je suis encore en liberté provisoire et poursuivi par des chefs d’inculpation très lourds ». Une fois ces soucis judiciaires réglés, Ali Anouzla compte ouvrir le capital de Lakome2 aux investisseurs.

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques