Accident de Tan-Tan: les détails de l'enquête

L'enquête sur l'accident meurtrier du 10 avril dernier, dans lequel 35 personnes ont péri, dont 14 enfants pris au piège d'un autocar en flammes, a été classée.

Par

La carcasse calcinée de l'autocar après l'accident.
La carcasse calcinée de l'autocar après l'accident. Crédit : AFP/STR

Le parquet a ouvert une enquête judiciaire approfondie sur les circonstances de la collision tragique entre un autocar et un semi-remorque, indique un communiqué du procureur général publié mardi 28 avril et relayé par la MAP. Les rescapés, le 2e conducteur de l’autocar, le propriétaire du camion et le représentant légal de la société de transport des voyageurs ainsi que des ayants-droit des victimes et certains usagers de la route témoins de l’accident, ont notamment été entendus. En outre, deux expertises ont été réalisées.

Et les résultats de l’enquête, selon le communiqué, montrent que c’est le chauffeur de l’autocar qui a perdu le contrôle de son véhicule et a dérapé vers le camion qui roulait en sens inverse, « le percutant de plein fouet sur le côté gauche de la remorque, ce qui a provoqué un incendie».

Les passagers de l’autocar pris au piège

Le feu, dont la chaleur a dépassé les 700 degrés, aurait été attisé par le carburant des réservoirs des deux véhicules ainsi que par «les pneus et la présence de produits en plastique et d’une bonbonne de gaz, dont des fragments ont été trouvés sur les lieux», précise la même source. Du coup, «les flammes ont gagné l’intérieur de l’autocar où se trouvaient des passagers, en majorité des enfants coincés à l’intérieur sans pouvoir se sauver».

L'accident entre le camion et le car transportant des enfants a tué 34 personnes, entre Tan-Tan et Laâyoune
Crédit : AFP

Néanmoins, le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Tan-Tan a décidé de classer la procédure engagée, en raison du décès des deux chauffeurs impliqués, indique le communiqué. «En application de l’article 40 du code de procédure pénale, les victimes rescapées et les ayants-droit des défunts seront avisés de cette décision afin qu’ils puissent introduire leur requêtes civiles devant l’instance judiciaire compétente», conclut le document.

Lire aussi: Accident de Tan-Tan: «Le gouvernement prêt à démissionner»

article suivant

PJD : un Conseil national de la défaite