La voiture ultra low cost de Renault sera peut-être construite au Maroc

Le directeur général de Renault Maroc confirme la candidature de l’entreprise pour construire la nouvelle voiture à bas coût de la marque.

Par

Usine de Renault
Renault a ouvert son usine de Meloussa en 2012. Crédit : Renault

La construction de la Entry, nouvelle Renault à très bas coût, est en train d’être lancée en Inde. Mais il se pourrait que la production se fasse également au Maroc. C’est ce que confirme Jacques Prost, directeur général de Renault Maroc, au journal Le Matin :

Les responsables du groupe Renault savent que Tanger a beaucoup progressé. Elle [l’usine, ndlr] a quasiment rattrapé la performance de l’usine de Pitech (Roumanie) en 2014. Donc aujourd’hui nous sommes effectivement candidats.

Pour lui, cette nouvelle activité serait un grand plus pour l’usine dans son ensemble : « Je peux déjà dire que pour une usine dont la capacité de production s’élève à 340 000 unités, une deuxième plateforme permet d’élargir les horizons […]. Avoir deux plateformes est une bonne chose. Donc si nous avions cette deuxième plateforme, quelque part, cela assurerait mieux l’activité de l’usine ».

Des salaires plus bas au Maroc qu’en Turquie et en Roumanie

Ce projet d’un petit véhicule à très bas prix, autour de 5 000 dollars (49 000 dirhams environ), sera d’abord fabriqué dans l’usine Nissan de Chennai (ex-Madras) pour le marché indien, puis dans d’autres marchés émergents.

L’usine marocaine est donc en concurrence avec d’autres plateformes de la marque au losange à l’étranger. Plusieurs usines du groupe autour du bassin méditerranéen comme celles de Roumanie ou de Turquie seraient candidates. Mais l’usine de Pitesti en Roumanie se retrouve désormais pénalisée par un coût du travail bien plus élevé que ceux des autres usines low-cost du constructeur. D’après le site du quotidien Les Echos, le coût mensuel par salarié y est 2,8 fois supérieur à celui pratiqué à Tanger, qui est de 3 640 dirhams environ. Le coût du travail à Tanger est également inférieur à celui pratiqué en Turquie, où le salaire mensuel moyen d’un ouvrier de Renault est presque de 10 000 dirhams.

 Lire aussi : Renault envisage de construire ses moteurs à Tanger

article suivant

La France championne du monde pour la 2e fois de son histoire

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.