Le Maroc officialise son soutien militaire au Yémen

Le ministère des Affaires étrangères officialise la participation du Maroc aux frappes lancées par l’Arabie saoudite contre les positions des rebelles houthistes au Yémen.

Par

F-16 marocains
Crédit : DR

Alors que la participation du Maroc à l’intervention militaire saoudienne au Yémen n’était pas certaine au matin du 26 mars, le royaume a annoncé dans l’après-midi son intention d’appuyer la « légitimité au Yémen » dans ses « dimensions politique, de renseignement, logistique et militaire ».

Cette annonce du ministère des Affaires étrangères fait suite à une demande du président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, et permet au royaume d’assurer « la défense de la sécurité » de l’Arabie saoudite ainsi que celle des autres pays du Conseil de coopération du Golfe, indique le communiqué. Les troupes mobilisées sont celles actuellement « stationnées aux Émirats arabes unis ». On rappellera que six F-16 marocains sont stationnés dans ce pays.

L’Arabie saoudite, les autres pays membre du CGG ainsi que la Jordanie ont lancé, dans la soirée du 25 au 26 mars, une intervention militaire au Yémen suite à la progression de la rébellion de la milice chiite houthiste, soutenue par l’Iran. Cette opération a mobilisé, selon la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya, 150 000 militaires et 10 avions de combats saoudiens tandis que les Émirats arabes unis ont engagé 30 avions de combat, Bahreïn et Koweït 15 appareils chacun et le Qatar 10. En plus de ces pays du Golfe voisins du Yémen, l’action mobilise d’autres alliés de l’Arabie saoudite comme l’Égypte, la Jordanie, le Soudan, le Pakistan et donc, le Maroc.

Une résolution va formaliser cette force militaire conjointe

Cette coalition est sur le point d’être formalisée, ont annoncé le secrétaire général de la Ligue arabe et le ministre égyptien des Affaires étrangères : les chefs de la diplomatie arabes réunis ce jeudi en Egypte ont approuvé un projet de force militaire conjointe. Ce projet de résolution doit encore être présenté au sommet de la Ligue arabe qui s’ouvrira samedi dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, et qui devrait l’adopter.

Les ministres «se sont mis d’accord sur un principe important, la création de la force» militaire, a affirmé le patron de l’organisation panarabe Nabil al-Arabi lors d’une conférence de presse, qualifiant cette décision «d’historique»«C’est la première fois qu’une force sera créée et fonctionnera au nom des pays arabes», a-t-il souligné.

Les autorités yéménites avaient appelé mercredi 25 mars à une intervention militaire « urgente».

article suivant

4 juillet, 18h: 534 cas en 24 heures, 13 822 au total