On a testé pour vous le numéro vert Allô propreté de Casablanca

La ville de Casablanca a mis en place un numéro vert pour recueillir les réclamations en matière de déchets. Nous avons testé son efficacité dans différents quartiers.

Par

Une femme jettant des odures dans un conteneur à ordure
Les nouveaux bacs à ordures installés à Casablanca en septembre 2014. Crédit : Yassine Toumi

En février dernier, la ville de Casablanca, en collaboration avec les entreprises qui se chargent de la collecte des déchets, a lancé un numéro vert que les habitants peuvent composer en cas de réclamation, pour signaler des amoncellements d’ordures, par exemple. Il s’agit d’un service gratuit, disponible de 8h à 22h tous les jours de la semaine. Ce numéro (0800 00 45 45) est affiché sur toutes les nouvelles poubelles et les bacs à ordure de la ville. Objectif : améliorer la propreté de la ville.

Nous avons donc décidé de tester ce nouveau service, pour vérifier s’il était efficace. Nous nous sommes donc promenés dans différents quartiers de la ville à la recherche de monticules de déchets. Première surprise : les déchets sont un peu partout mais en petite quantité. Et lorsqu’il y a de gros tas d’ordures autour d’une poubelle ou d’un bac, ce n’est pas parce qu’il est plein mais parce que les habitants ne prennent pas la peine de déposer leurs déchets dedans. Dans leurs grandes majorités, les poubelles semblent bien vidées régulièrement.

Un service qui diffère selon les quartiers ?

Nous avons choisi d’appeler le numéro vert à trois reprises, dans des quartiers différents de la ville : à Sidi Moumen, à proximité du marché central et dans une rue du quartier Gauthier. Lors des trois appels, le personnel a répondu très rapidement à notre demande et de manière très aimable. L’adresse exacte et la nature des déchets sont demandés. Ensuite, un numéro de requête est donné ou envoyé par SMS. Et l’on nous annonce que la demande sera traitée dans un délai de quatre heures maximum.

En revanche, le service a énormément varié selon les cas. Impossible de savoir s’il s’agit d’un hasard ou d’un problème structurel, mais les deux demandes passées en centre-ville ont été satisfaites dans les délais (1 heure 30 près du Marché central et 3 heures dans le quartier Gauthier) alors qu’il a fallu plus de vingt quatre heures pour qu’une équipe de nettoyage intervienne dans le quartier périphérique de Sidi Moumen. De plus, l’équipe en question a estimé que le nettoyage n’était pas de son ressort, évoquant des gravats de construction, mais sans ramasser les sacs plastiques et autres déchets qui se trouvaient dessus.

cap*

capt2

capt4

Lire aussi : En Tunisie, des selfies contre les ordures

article suivant

Réouverture des cafés et restaurants dès vendredi 29 mai