Pas de condamnation pour le maire basque aux propos anti-Marocains

Le maire de Vitoria avait accusé les Marocains et les Algériens de « vivre des aides sociales et de ne pas vouloir travailler ».  Poursuivi par SOS Racismo, la plainte a été classée sans suite.

Par

Javier Maroto, maire de Vitoria. Crédit : Grupomunicipalpp/Wikipedia.

Le maire de Vitoria avait accusé les Marocains et les Algériens de « vivre des aides sociales et de ne pas vouloir travailler ».  Poursuivi par SOS Racismo, la plainte a été classée sans suite.

« La plupart des Marocains et des Algériens sur notre territoire vivent spécialement des aides sociales que nous payons tous et ne veulent pas travailler », avait déclaré en août 2014 Javier Maroto, maire de Vitoria, au Pays basque espagnol.

Ses déclarations avaient été épinglées par l’ONG SOS Racismo qui avait alors porté plainte contre le maire pour incitation à la haine. Mais la justice a rendu son verdict le 9 mars : l’élu ne sera pas condamné pour ses propos, la plainte a été classée sans suite. Selon le quotidien espagnol El Mundo, le tribunal justifie sa décision en arguant que ce discours s’inscrit « dans l’exercice de sa liberté à s’exprimer et à diffuser librement ses pensées, ses idées et ses opinions ».

Javier Maroto a alors demandé des « excuses publiques de la part de toutes les personnes qui l’ont disqualifié ». D’après lui, ce jugement donne encore plus de légitimité à sa proposition d’ « améliorer l’accès aux aides sociales ».

article suivant

PLF et nomination d’ambassadeurs au menu du Conseil des ministres présidé par Mohammed VI