Un maire basque: «Les Marocains ne veulent pas travailler»

Un maire basque: «Les Marocains ne veulent pas travailler»

Le maire de Vitoria accuse les Marocains et les Algériens de « vivre des aides sociales » payées par le contribuable basque. Des propos qui ont fait réagir un autre responsable du pays.

Par

Javier Maroto, maire de Vitoria (pays Basque)
« La plupart des Marocains et des Algériens sur notre territoire vivent spécialement des aides sociales que nous payons tous », Javier Maroto, maire de Vitoria. Crédit : DR

Javier Maroto, le maire de Vitoria (dans le Pays basque) a tenu des propos polémiques sur les communautés marocaines et algériennes vivant sur le territoire basque. Il les accuse de vivre aux dépens du peuple basque, rapporte l’agence espagnole Europa Press :

La plupart des Marocains et des Algériens sur notre territoire vivent spécialement des aides sociales que nous payons tous et ne veulent pas travailler.

Il a également insisté sur le fait qu’il veut mettre fin à cette pratique : « Je sais que ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais, comme c’est la vérité, je le dis parce que je veux que ça change et que ça s’améliore. »

Il assure que ses déclarations ont reçu un écho favorable auprès de la population. « Je peux vous assurer que je n’ai jamais eu autant de soutien dans la rue comme c’est le cas ces dernières semaines », a-t-il même conclu.

« Injuste et erroné »

Pourtant cette prise de position stigmatisante n’a pas forcément été du goût de tout le monde, à l’instar d’Inigo Lamarca, l’arateko (équivalent de médiateur) du Pays basque. Selon lui les déclarations du maire « risquent de stigmatiser certains groupes » ajoutant que « c’est terriblement injuste et erroné et non-conforme aux droit de l’Homme».

Il ajoute que si percevoir une aide était aussi simple, « le nombre de migrants augmenterait de manière spectaculaire » dans le pays Basque, où ils sont faiblement représentés, par rapport à d’autres régions espagnoles.

article suivant

Demande de liberté provisoire suspendue jusqu’au 19, audience reportée au 23 septembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.