Les raisons du retard de la commission d’enquête sur les inondations

Lutte pour la présidence, désaccord sur ses prérogatives…. Pourquoi la commission d’enquête sur les inondations dans le sud a tardé.

Par

Crues

Plus de trois mois après les inondations qui ont causé la mort de 47 personnes dans le sud du Maroc, la commission parlementaire censée enquêter sur cet incident a été créée le 4 mars. Cette commission a actuellement comme président le député du PAM Abdellatif Ouahbi.

Selon une source au sein de cette commission, «  la lutte pour le poste de présidence a été rude, c’est ce qui explique que la création de la commission ait pris du retard  ». Celui-ci explique également que les favoris étaient le premier secrétaire de l’USFP Driss Lachgar et le député du parti de l’Istiqlal Khalid Sbii. Finalement, c’est Abdellatif Ouahbi qui a été élu président avec huit voix alors que Sbii n’a eu que trois voix. Abdellatif Bourehhou, député du PJD, a été élu quant à lui rapporteur de la commission.

L’élection d’Abdellatif Ouahbi a été contestée par le premier secrétaire de l’USFP ainsi que des membres de l’Istiqlal, qui ont préféré quitter la réunion de la commission du 4 mars.

Une autre raison du retard de la constitution de la commission réside dans la définition de ses prérogatives. «  C’est la première commission du genre depuis la constitution de 2011. C’est pour cela que nous avons eu du retard dans la mesure où nous avons pris du temps pour définir ses prérogatives afin qu’on puisse travailler en profondeur sur les inondations  », explique à Telquel.ma Cherkaoui Roudani, membre du PAM.

article suivant

Deux réseaux de trafic de migrants mineurs marocains démantelés

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.