Boussaïd rallonge le budget alloué au développement industriel

Après avoir rencontré les professionnels du textile, secteur en difficulté, le ministre de l’Économie a annoncé le rajout d’un milliard de dirhams dans le Fonds dédié au développement industriel.

Par

Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie et des Finances.
Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie et des finances. Crédit : Rachid Tniouni

Le ministre de l’Économie et des finances Mohamed Boussaïd a annoncé mardi 24 février le rallongement d’un milliard de dirhams pour le Fonds de développement industriel, qui est le bras financier du Plan d’accélération industrielle. Ce fonds passe ainsi d’une dotation de 20 à 21 milliards. D’autres dotations complémentaires sont annoncées, de façon à lui accorder « chaque année trois milliards de dirhams durant sept ans ».

Le ministre a justifié cette rallonge notamment par la nécessité de dynamiser le tissu industriel marocain, afin de créer plus d’emplois pour les jeunes, en soutenant les efforts d’inclusion du secteur de l’informel :

Il faut trouver une solution intelligente à ce problème, c’est-à-dire voir comment parvenir à pousser les gens de l’informel à intégrer le formel. C’est la responsabilité de tous, c’est un vrai handicap (informel) et c’est pour cette raison que l’État a décidé de rajouter un milliard de dirhams au Fonds de développement industriel, en lui octroyant chaque année trois milliards de dirhams durant sept ans.

Mohamed Boussaïd a toujours rejeté le terme d’austérité pour qualifier la loi de finances 2015, malgré la priorité accordée à la réduction des déficits publics.

Et de fait cette rallonge budgétaire au soutien à l’industrie nationale est somme toute modeste : le budget alloué au Fonds de développement industriel (créé en 2014) l’est non pas sur une base annuelle, mais sur l’ensemble de l’horizon 2014-2020.

Par ailleurs, même si cette annonce a été faite devant les professionnels de l’industrie textile réunis par l’Association marocaine de l’industrie du textile et de l’habillement, « ce fonds est destiné à tous les secteurs. Aucune filière n’en a l’exclusivité », a averti Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie.

Cette annonce survient quelques jours après celle de la Trésorerie générale du royaume, qui a enregistré en janvier un excédent record de 5,4 milliards de dirhams.