Benabdellah: 90% des familles du bidonville des Carrières centrales relogées

Le ministre de l'Habitat a présenté les programmes et réalisations de son département en matière de lutte contre l'habitat insalubre dans la région du Grand Casablanca.

Par

Logement insalubre
Crédit : Yassine Toumi

Nabil Benabdellah, le ministre de l’Habitat et secrétaire général du parti, a exposé la stratégie de lutte contre l’habitat insalubre dans la région du Grand Casablanca, une région qui compte un taux d’urbanisation de 92 %, contre 57 % au niveau national. C’était lors d’une rencontre de communication avec les cadres du Parti  du Progrès et du Socialisme qui s’est tenue mercredi 11 février.

Cette stratégie repose sur trois axes : l’éradication des bidonvilles et des constructions menaçant ruine ainsi que le renforcement et la diversification de l’offre de l’habitat.

« Nous sommes à la recherche de 100 hectares de foncier à Casablanca pour les recaser »

Ainsi dans le cadre de la lutte contre les bidonvilles, le ministre a rappelé que les différents programmes, notamment celui de 2006, qui porte sur le relogement de 60 750 familles pour un montant de 6,7 milliards de dirhams, le programme régional de 2011 (45 920 familles pour 4,8 milliards de dirhams) et le programme complémentaire 2014-2018, concernant 11 665 familles pour 2,4 milliards de dirhams. « Le programme de relogement a débuté depuis 2004 mais a connu une avancée majeure en 2012 », affirme à Telquel.ma Nabil Benabdallah.

Ces programmes, qui ont notamment ciblé les bidonvilles « historiques » de la métropole, ont permis le relogement de 100 % des familles des bidonvilles de Bachkou, Skouila, Thomas et Zaraba et 90 % pour celui des Carrières centrales.

Lire aussi : La vie dans « L’Kariane  central »

Il note également que le relogement de toutes les familles recensées dans les autres bidonvilles, soit 11 665 familles, est en cours de réalisation ou en cours d’étude et ce dans le cadre du programme complémentaire 2014-2018. « Le reste des ménages concernés par le relogement font l’objet d’une convention. Nous sommes à la recherche de 100 hectares de foncier à Casablanca pour les recaser », indique le ministre qui précise que l’État accorde dans ce cadre des subventions aux ménages à hauteur de 40 000 dirhams pour la construction des habitats R +3.

           Lire aussi : Affrontements entre habitants des Carrières centrales et policiers

Constructions menaçant ruine : projet en cours

Abordant le programme des constructions menaçant ruine, le ministre a rappelé la signature en 2012 d’un accord de partenariat entre son département et les partenaires concernés. Cet accord d’un montant 1,75 milliard de dirhams, dont 306 millions dirhams mobilisés par le ministère, porte sur le relogement de 9 250 familles. Seules 1 700 familles ont bénéficié de cette opération tandis que les autres familles sont en cours de relogement.

          Lire aussi : Benabdallah veut améliorer le standing des logements sociaux

Le ministre a en outre rappelé le programme de mise à niveau urbaine. Il concerne la restructuration et l’intégration de 90 quartiers sous-équipés au profit de quelque 98 000 familles pour un investissement global de plus de 2,7 milliards de dirhams.

Concernant le renforcement de l’offre de l’habitat notamment au profit des catégories à revenu limité, le ministre a assuré qu’à la fin janvier 2015, son département a autorisé quelques 122 projets de logement social  de 250 000 dirhams et totalisant 137 756 unités, dont 110 625 unités en cours de construction.

Pour le logement à bas coût, le ministre Benabdellah a fait état de la réalisation de 1 198 unités et de 3 369 autres qui sont en cours de construction.

    Lire aussi : 11 milliards de dirhams alloués à la politique de la ville

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui