Mohamed Hassad tape encore sur l'AMDH?

Le ministre de l’Intérieur est revenu une fois encore la charge en accusant l’AMDH -sans la nommer- de recevoir chaque année 6 millions de dirhams de l'étranger sans les déclarer.

Par

Mohamed Hassad
Mohamed Hassad, ministre de l'Education nationale. Photo : DR

Mohamed Hassad persiste et signe. Alors qu’il se trouvait devant la Commission de contrôle des finances publiques à la première chambre du parlement mardi 10 février pour évoquer « le contrôle des subventions nationales des associations », le ministre de l’Intérieur a dévié légèrement du sujet et accusé une association -sans la nommer- de bénéficier  de fonds étrangers sans pour autant les déclarer.

Plus précisément, le ministre a pointé du doigt une association qui abrite « des séparatistes » en son sein, de recevoir « 6 millions de dirhams de l’étranger annuellement sans présenter de documents justificatifs et détaillés sur ses financements« .

« Si ces révélations étaient justes, le ministre ne l’aurait pas déclaré au parlement mais aurait appliqué la loi», nous confie Ahmed El Haij, président de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH). Et d’ajouter que « l’AMDH a présenté tous les détails et documents des rapports financiers de ces cinq dernières années, qui ont été validés par un expert comptable, au Secrétariat général du gouvernement ainsi qu’à la direction des impôts ». Enfin, El Haij explique que «le ministre de l’Intérieur choisit les déclarations publiques pour brouiller les pistes et que l’association est prête à lui répondre en toute transparence sur sa situation financière».

Une nouvelle bataille dans la guerre que mène Hassad contre l’AMDH

Pour Ahmed El Haij, Mohamed Hassad faisait donc clairement allusion à l’AMDH. Il faut dire qu’il y a eu des précédents: en juillet 2014, devant le parlement,  le ministre avait souligné que certaines associations, « sous prétexte de travailler pour les droits de l’Homme », avaient en réalité un agenda extérieur servant d’autres intérêts. Il avait également attaqué les financements de ces associations.

Puis, alors que plusieurs dizaines d’activités de l’association (réunions, conférences) avaient été interdites durant l’automne, en décembre dernier,  le ministre de l’Intérieur a accusé l’AMDH, cette fois ouvertement et dans une lettre d’avertissement de« porter atteinte à l’intégrité territoriale du royaume »: Mohamed Hassad menaçait même l’association de lui retirer son statut d’utilité publique.

Entre-temps, le ministre a perdu une manche de la bataille: suite à l’interdiction d’une des ses activités,  l’AMDH a porté plainte contre le ministère. Et le tribunal ayant jugé que la décision d’annuler et événement n’avait « pas de base juridique », ce dernier a été condamné à verser 100 000 dirhams à l’association.

article suivant

Transport, administrations, cafés : le pass vaccinal adopté à partir de ce jeudi 21 octobre (Officiel)