Ridley Scott en négociation avec le Maroc pour lever la censure d'Exodus

Le Centre cinématographique marocain (CCM) a avancé mercredi 31 décembre que l'interdiction pesant sur la fresque biblique de Ridley Scott "Exodus: Gods and Kings" pourrait être levée si une "solution" est trouvée avec le réalisateur, a rapporté l'agence MAP.

Par

Le réalisateur britannique Ridley Scott . Crédit: AFP
Le réalisateur britannique Ridley Scott . Crédit: AFP

Le Centre cinématographique marocain (CCM) a avancé mercredi 31 décembre que l’interdiction pesant sur la fresque biblique de Ridley Scott « Exodus: Gods and Kings » pourrait être levée si une « solution » est trouvée avec le réalisateur, a rapporté l’agence MAP.

« Les portes restent ouvertes pour trouver une solution qui aille dans le sens du respect de notre religion et de nos valeurs« , a affirmé le directeur du CCM, Sarim Fassi-Fihri, qui a fait état de « contacts en cours » avec Ridley Scott. Une « solution » pourrait consister à retirer la scène incriminée pour censurer le film, selon la presse.

Lire aussi : Sarim Fassi Fihri : « Je ne suis pas responsable de la censure d’Exodus »

« Exodus: Gods and Kings », blockbuster de cette fin d’année sur la fuite de Moïse hors d’Égypte, a été interdit de diffusion la semaine dernière dans les salles de cinéma du royaume à cause d’une scène de « représentation de Dieu« , proscrite en islam. La chambre nationale marocaine des producteurs de films a réagi à cette interdiction, dénonçant une « censure indéfendable » et appelant à lever cette « mesure qui nuit à l’image du pays », dans un communiqué relayé par la MAP.

Après avoir été diffusé trois jours dans un seul cinéma, à Marrakech (sud), le film a été déprogrammé des salles marocaines, de même qu’en Egypte et aux Emirats arabes unis, ces deux derniers pays lui reprochant de contenir des « erreurs » historiques.

Sortir ce film aurait été « dangereux pour la sécurité », avait justifié M. Fassi-Fihri, prenant l’exemple de « Persépolis », dont la diffusion par une chaîne privée tunisienne en octobre 2012 avait déclenché des violences d’islamistes radicaux, à cause d’une scène représentant Dieu.

Lire aussi :  Mustapha El Khalfi applaudit la censure d’Exodus sur Twitter

article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains